Partager

Le géant international continue à s’implanter en Israël, après avoir ouvert un immense magasin en 2018 à Beer Sheva et l’ouverture programmée d’un autre en 2020 près de Bet Shemesh.

La chaîne a déjà d’importants magasins à Netanya (fondé en 2011), à Rishon Lezion (fondé en 2010), dans la ville de Kiryat Ata, au nord du pays (2014) et dans la ville de Beer Sheva, au sud (en 2018) et un nouveau magasin de 25 000 mètres-carrés à Eshtaol, près de Bet Shemesh, qui doit ouvrir ses portes en 2020. L’expansion en Israël est un signe de popularité de la marque, qui a ouvert plus de 420 magasins dans 52 pays.

PRIX. Selon le quotidien économique israélien Globes, les prix pratiqués par IKEA Israël sont de 50 à 150% plus élevés que pour les mêmes produits dans des magasins d’Europe de l’Ouest. Pour son enquête, Globes a comparé les prix pour des articles identiques dans différents pays occidentaux. Par exemple, une marmite en terre cuite coûte 245 shekels en Israël, soit 74% plus cher qu’au Royaume Uni. Une paire de rideaux blancs chez IKEA Israël coûte 345 shekels, soit 96% de plus qu’à Londres. Un service d’ustensiles de cuisine coûte 595 shekels à Rishon alors qu’il vaut seulement 370 shekels à New-York. Une étagère « expedit » vaut 245 shekels en Israël, contre 97 shekels à Paris.

Ikea justifie ses prix élevés en Israël du fait d’ « impôts élevés. » S’il est vrai que les taxes sont fortes dans l’Etat juif, elles ne sont pas de 150% plus élevées qu’en Grande Bretagne ou en France. En outre, les prix IKEA aux États-Unis, au Royaume-Uni, et en France sont similaires, ou tombent dans une fourchette de 5% de différence », indique Globes. (Article revu et mis à jour par IsraelValley)

 

Partager