Partager

Environ 10 000 soldats israéliens – approximativement un sur 15 – ont purgé une peine, l’année dernière, dans une prison militaire. Et c’est une amélioration : en 2015, approximativement 18 000 soldats avaient été incarcérés. Selon l’armée, le nombre de soldats placés derrière les barreaux a chuté de 15% et la durée globale du placement en détention des militaires a également diminué entre 2016 et 2018. (Times of Israël)

LE PLUS. DANS LIBERATION. «4185 soldats en service régulier ont la citoyenneté française.» Le nombre est peut-être minoré, car l’armée ne compte que les personnes qui ont déclaré leur nationalité française.

La nationalité française est la deuxième nationalité étrangère la plus représentée dans les rangs de Tsahal, après la nationalité américaine. Les citoyens français ou franco-israéliens engagés dans les forces armées israéliennes représentent entre 1,7% et 3,5% des effectifs totaux.

En 2011 ce total était estimé à 176 500 soldats, selon l’Institut national des études de sécurité, rattaché à l’université de Tel-Aviv. Un chiffre «inférieur à la réalité», assure la grande muette israélienne sans en dire plus.

Partager