Dormir la nuit dans un IKEA. Le challenge « Sleepover Ikea » absent en Israël. Pourquoi donc?

Par |2019-09-03T10:40:11+03:00septembre 3rd, 2019|Catégories : ECONOMIE|
Partager

Le challenge « Sleepover Ikea » est né il y a quatre ans. Comme son nom le laisse deviner, il s’agit de se laisser enfermer dans un magasin après sa fermeture jusqu’à l’ouverture des portes le lendemain matin. Mais la manœuvre n’est évidemment pas du tout du goût du groupe suédois. Depuis 2015, il a officiellement interdit les cache-cache dans tous ses magasins. Et l’enseigne rappelle que ce genre d’intrusions constitue un délit grave, passible de poursuites judiciaires.

En 2015 deux étudiants belges avaient été les premiers à lancer un défi absurde consistant à passer une nuit dans un magasin de Gand. Une façon pour eux de célébrer l’obtention de leurs diplômes. « On voulait faire un truc un peu dingue ! » avaient-ils justifié à l’époque. Ils avaient filmé leur mésaventure et diffusé la vidéo sur YouTube, obtenant plus de 2 millions de vues.

Depuis, il semble que leur défi ait fait des émules dans le monde entier, sauf en Israël où IKEA a mis en place une sécurité draconienne, digne de celle de l’Aéroport Ben Gourion. IKEA Israël a ouvert son premier magasin à Netanya en avril 2001, puis un second à Rishon Le Zion en mars 2010. Le magasin de Netanya a été incendié en février 2011 et a réouvert ses portes très vite. Une troisième franchise Ikea a ouvert ses portes à Kiryat Ata, au nord de Haïfa. La chaîne a  un magasin dans la ville de Beer Sheva, au sud (en 2018) et un nouveau magasin de 25 000 mètres-carrés à Eshtaol, près de Bet Shemesh, qui doit ouvrir ses portes en 2020.

LE PLUS. Dans Ouest-France : « Des milliers de jeunes se sont rassemblés, samedi, dans un Ikea de Glasgow, en Écosse. La police a dû être appelée par les gérants de l’enseigne, pour mettre fin à un cache-cache géant dans l’enceinte du magasin. Les jeunes, pour la plupart des adolescents, avaient répondu à un « challenge » non-autorisé, lancé sur Facebook.
Le rassemblement aurait pu attirer 32 000 participants potentiels à en croire le journal britannique I-News qui a relayé, dimanche, cette histoire insolite survenue samedi à Glasgow, la plus grande ville d’Écosse.

C’est ici, dans l’enceinte d’un magasin Ikea que plusieurs milliers d’adolescents, selon nos confrères britanniques, s’étaient donné rendez-vous pour participer à un cache-cache géant. L’appel avait été lancé via Facebook quelques jours auparavant.

L’initiative, commençant à faire un peu de bruit, était revenue aux oreilles du gérant local de la célèbre enseigne suédoise d’ameublement. Il avait donc anticipé l’événement et prévu un service de sécurité conséquent, avec l’aide de la police locale. Laquelle a finalement dû intervenir sur place pour mettre fin à ce fameux cache-cache géant. Certains ados avaient néanmoins commencé à jouer en se planquant sous les lits, dans les placards, dans les armoires et même les réfrigérateurs exposés. « La sécurité de nos clients et de nos collaborateurs est toujours notre priorité absolue, a déclaré Rob Cooper, gérant du magasin Ikea de Glasgow, interrogé par le journal local. Nous étions au courant d’un événement non-officiel de cache-cache Facebook organisé dans notre magasin, et nous avons travaillé avec la police locale. Jouer à des jeux dans l’un de nos magasins peut paraître attrayant à certains, mais nous ne permettons pas ce genre d’activité. Nous nous attachons à ce que notre magasin offre un environnement sécurisé et de détente pour nos clients. »

Les participants au cache-cache étant tous mineurs, aucun d’eux n’a fait l’objet de poursuites. Mais Ikea s’inquiète de ces « challenges » à répétition. Car ces canulars dont l’enseigne est régulièrement victime, durent depuis 2015″.

 

Partager