Partager

L’immense collection de Cornelius (environ 1 590 œuvres d’art), héritée de son père marchand d’art, un collaborateur nazi, et qu’il a cachée dans son appartement pendant des décennies – arrive en Israël. Une exposition d’une centaine de pièces de la collection, dont des œuvres de Pierre-Auguste Renoir, Édouard Manet, Otto Dix et Max Ernst, ainsi que des dessins inédits d’Eugène Delacroix, seront exposés au Musée d’Israël au cours du mois.

L’exposition du Musée d’Israël, intitulée « Fateful Choices » intègre les principales œuvres de la collection d’art, découverte par les autorités allemandes lors d’une enquête fiscale en 2012 dont une grande part provient de biens vendus sous la contrainte par des familles juives, ou saisis carrément par les nazis pendant la 2nde guerre mondiale.

« Les circonstances historiques derrière le Gurlitt Art Trove font qu’il est de notre responsabilité d’exposer les œuvres et l’histoire au public « , a déclaré le directeur du musée, Ido Bruno.

Avant sa mort, Gurlitt a légué l’ensemble de sa collection au Kunstmuseum Bern. Le musée, qui participe à l’organisation de l’exposition du Musée d’Israël, a organisé la première exposition des œuvres dans le cadre d’une présentation conjointe avec la Bundeskunsthalle à Bonn, en Allemagne, en 2017 et 2018.

A Jérusalem, l’exposition abordera de front les questions de provenance et un projet de recherche sur la provenance de Gurlitt, dirigé par l’Etat, s’efforce actuellement d’identifier toute œuvre potentiellement pillée dans la perspective d’une restitution.

« Nous voulions être ouverts et transparents et montrer au public allemand et international ce qu’il y avait effectivement dans cette exposition de Gurlitt et clarifier l’histoire, le commerce de l’art pendant la Seconde Guerre mondiale et la période nazie « , a déclaré Rein Wolfs, directeur de la Bundeskunsthalle et membre du comité consultatif de l’exposition du musée israélien, au Times of Israël. « Il y a beaucoup de questions, et des questions délicates de restitution. »

Source : News ArtNet & Israël Valley

Partager