Partager

Question d’habitude. Quand une guerre se déclare en Israël, les signaux sont les mêmes. Musqiue spéciale. Jinggle nouveaux. Fake news en vrac. La désinformation est permanente. Les réseaux sociaux annoncent les nouvelles. En général mauvaises. Les grands militaires du pays deviennent chroniqueurs. La TV israélienne n’arrête pas ses reportages en direct du nord du pays. Toutes les équipes politique se relaient pour commenter la situation dangereuse de la frontière. La censure militaire veille. (DR)

Acheminement de canons et de chars vers la frontière nord, préparation du terrain pour les tireurs d’élite en cas d’intrusion terroriste et renforcement de la défense aérienne en cas d’attaque de drones, roquettes ou missiles. La marine a également été mise en état d’alerte en cas de tentative par la mer. (LPh) Tout est donc prêt pour la prochaine guerre. La frontière du nord d’Israël avec le Liban est devenue dangereuse. Les abris anti-roquettes sont en train d’être préparés.

Bientôt le couvre-feu dans tout le nord du pays? Depuis ce matin Galei Tsahal, la radio la plus écoutée par les terroristes du Hezbollah, prépare mentalement les soldats de tsahal. Ce jour vers 17 heures le Ministre Aluf Yoav Galant (officier général des forces de défense israéliennes) a été très clair et très offensif. Ses propos sont sans équivoque. Il suffit d’une étincelle pour que tout explose. (DR)

LE PLUS. FRANCE24. « L’armée israélienne a affirmé dimanche avoir riposté après des tirs de missiles antichars lancés depuis le Liban vers le nord d’Israël. Depuis quelques jours, les tensions sont exacerbées entre l’État hébreu et les terroristes du Hezbollah libanais. Des missiles antichars ont été tirés dimanche 1er septembre depuis le Liban vers le village d’Avivim, dans le nord d’Israël, a indiqué l’armée israélienne, alors que la tension a grimpé ces derniers jours entre les deux pays voisins. L’armée israélienne a également affirmé mener des frappes dans le sud du Liban en représailles à ces tirs ayant touché des cibles sur son territoire.  Dans le même temps, le mouvement terroriste Hezbollah libanais a annoncé avoir « détruit » un char de l’armée israélienne dans le secteur d’Avivim, et a fait état de « morts et des blessés », selon la chaîne Al-Manar, organe de la formation chiite. L’armée israélienne, de son côté, n’a pas fait état de blessés, ni fourni davantage de détails sur ce tir, mais a demandé à la population vivant à 4 kilomètres à l’intérieur de la frontière libanaise de rester chez elle et d’ouvrir les abris antibombes.

Tensions entre Israël et les terroristes du Hezbollah

Ce tir de missiles intervient sur fond de tensions ces derniers jours entre Israël et le mouvement terroriste Hezbollah libanais, qui a accusé la semaine dernière l’État hébreu d’avoir mené des frappes de drones sur son fief dans la banlieue sud de Beyrouth. L’armée israélienne avait ensuite « dévoilé » un plan de l’Iran, via son allié du Hezbollah, visant à convertir des roquettes en missiles de précision pouvant frapper Israël et tenu pour « responsable » le Liban, le Hezbollah opérant sur son territoire. « Nous sommes déterminés à empêcher nos ennemis de posséder des armes de destruction (…) et je leur dis : ‘dir balak’ (Prenez garde, en arabe) », a déclaré jeudi le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu, actuellement en campagne pour les législatives du 17 septembre qui s’annoncent âprement disputées.

Son principal rival, l’ancien chef de l’armée Benny Gantz, a renchéri samedi soir sur Twitter en appelant le chef du Hezbollah, Hassan Nasrallah, à avoir « pitié » du Liban. « Ne pousse pas Tsahal (l’armée israélienne) à le ramener à l’Âge de pierre », a-t-il écrit. (IsraelValley et AFP et Reuters)

Postes précédents:

  • A servi principalement dans des rôles de combattant, a participé et a commandé de nombreuses opérations militaires pendant 35 ans.
  • Parmi ses postes: commandant d’un navire de guerre, Shayetet 13, commandant de brigade, commandant de la division de Gaza, commandant de division blindée, chef du quartier général des forces terrestres.
  • En 2002, il a été nommé secrétaire militaire du Premier ministre Ariel Sharon z »l et a été promu au grade de major général.
  • Entre 2005 et 2010, chef de la Division du Sud.
  • Galant a été impliqué à la communauté  tout au long de son service militaire et après sa libération, il a été l’un des fondateurs de la Fondation Impact, a été président de l’association des amis de l’organisme des blessés de Tsahal, membre du conseil d’administration de l’association « Hachomer Hahadash », membre de la direction de la « Madatech ».

Études:

  • Licence en économie et en administration des affaires, mention excellente, Université de Haïfa.
  • Diplômé du programme de gestion supérieure à la Harvard Business Scho

 

Galant a reçu une B.A. en économie et en gestion financière à l’université de Haïfa. Il a commencé sa carrière militaire en 1977 comme commando naval, dans l’unité appelée Flottille 13. À la fin des années 1990 Galant s’engage dans les forces terrestres, finalement pour obtenir le grade de Major Général tout en devenant le secrétaire militaire du Premier ministre et, plus tard, le commandant du Southern Command.

Le 22 août 2010, le Ministre de la Défense Ehud Barak a annoncé que Galant succèderait à Gabi Ashkenazi à la tête de l’État Major de l’armée israélienne, cela sans attendre les conclusions d’une enquête concernant des documents prétendument attribués à Galant, dans lesquels celui-ci aurait dénigré ses concurrents à ce poste.

Le 1er février 2011, le Premier ministre Benjamin Netanyahu et le ministre de la Défense Ehud Barak annulent sa nomination à la tête de l’État Major de l’armée israélienne. L’annonce est venue après des mois de scandale entourant sa nomination en raison d’allégations selon lesquelles il se serait approprié une parcelle de terrain près de sa maison dans le moshav Amikam. Après avoir mené une enquête sur ces allégations, le procureur général Yehouda Weinstein informe le Premier ministre Benjamin Netanyahu qu’il ne pourra pas défendre juridiquement la nomination de Galant. Il rejoint le parti Koulanou en février 2015 et devient député.

Partager