Partager

Les exportations horlogères vers Israël, un petit marché, sont assez stables. Les géants Swatch et Richemont sont très actifs en Israël. Leurs clients : les millionnaires du hightech. A noter : les israéliens achètent souvent des montres Suisses… à l’étranger. Les chiffres le montrent amplement. Selon un article récent : « De quoi se compose l’écosystème horloger israélien? Avec un peu plus de 80 millions de francs Suisses d’importations l’an passé, le marché horloger israélien se trouve juste en dehors du top 30 des destinations mondiales de montres suisses, derrière la Malaisie et devant la Grèce. Un débouché de taille moyenne donc: pas insignifiant, non, mais pas non plus de quoi faire saliver les départements vente des marques horlogères suisses ».

Les ventes globales des firmes helvétiques ont enregistré une baisse de 10,7% en juin, à 1,7 milliard de francs. Elles ont dû faire face à deux jours ouvrables de moins qu’en 2018 et un effet de base nettement défavorable. Hong Kong, première destination des envois de garde-temps suisses, a particulièrement souffert.

Selon (1) : « Tous les segments de prix ont accusé une forte baisse en juin, relève jeudi la Fédération de l’industrie horlogère suisse (FH). Les montres-bracelets affichant un prix export entre 500 et 3000 francs ont affiché le plus fort recul, tant en nombre de pièces (-25,5%) qu’en valeur (-20,2%). Au total, le nombre de pièces a diminué de 17% et la valeur de 10%.

Concernant les marchés, les Etats-Unis (+7,2%) sont passés devant Hong Kong qui affiche un très fort recul (-26,8%). Les géants Swatch et Richemont ont aussi fait part, lors de la publication de leurs résultats, de leurs difficultés dans le territoire qui connaît une vague de manifestations.

Le Japon (+3,1%) et la Chine (+1,7%) ont affiché une légère progression, de même que Singapour (+1,7%). En Europe, le Royaume-Uni (+12,7%) a enregistré une augmentation confortable, mais les autres principaux débouchés ont perdu du terrain, comme en France (-23,7%), en Italie (-16,6%) et en Allemagne (-2,9%).

Toujours en hausse après six mois

Le premier semestre 2019 s’est lui terminé sur une progression de 1,4%, avec plus de 10 milliards de francs, selon la Fédération de l’industrie horlogère suisse.

D’après l’Administration fédérale des douanes, l’horlogerie a vu ses exportations stagner à 5,4 milliards de francs au 2e trimestre 2019. Pour le mois de juin, elles atteignent près de 1,8 milliard en valeur nominale, soit une baisse de 7,1% sur un an ». (1) /ATS-gtr

Partager