Les expats israéliens lâchent la Suisse. Pays qui chute dans le Ranking InterNations.

By |2019-09-13T17:59:41+03:00septembre 13th, 2019|Categories: ECONOMIE|
Partager

En cinq ans, la Suisse a dégringolé dans le classement InterNations des meilleures destinations pour les expatriés. La faute (surtout) à des packages d’expatriation moins avantageux qu’avant. De nombreuses firmes israéliennes ont souhaité les dernières années installer leurs expatriés en Suisse. Ceux-ci préfèrent d’autres pays d’expatriation en Europe. Un article résume bien la situation de la Suisse :

En 2014, le pays figurait en 4e position dans le premier classement réalisé par le réseau d’expatriés InterNations. “De destination favorite des expats, la Suisse est presque devenue un paria.” Comment expliquer pareil désamour ?

Des allocations d’expatriation en baisse

Trois facteurs expliquent ce phénomène, selon Malte Zeeck, directeur général d’InterNations :

  • les perspectives de carrière offertes par l’économie suisse ne sont plus les mêmes qu’il y a cinq ans (sur ce critère, le pays est passé de la 14e place en 2014 à la 39e aujourd’hui) ;
  • en matière d’équilibre vie privée-vie professionnelle, la Suisse fait également moins bien (de la 21e place à la 45e) ;
  • enfin (et surtout) les allocations versées par les entreprises à leurs salariés expatriés ont baissé – ce qui, “dans un pays cher comme la Suisse”, n’est pas sans poser quelques problèmes.

La Suisse est devenue trop chère pour les expats, regrette Le Temps. “Les expatriés, interrogés sur quarante-huit facteurs différents, estimaient en 2014 que leur situation financière en Suisse était bonne (4e place sur 61) et leur revenu suffisant pour couvrir les frais quotidiens (13e place sur 61). Aujourd’hui, avec trois destinations de plus seulement au compteur (64), la Suisse se classe 25e pour la situation financière et 34e pour le revenu évalué en regard des coûts.”

“Lorsqu’une entreprise envoie un employé à l’étranger, elle promet de maintenir sa qualité de vie. C’est aujourd’hui moins souvent le cas car le budget a diminué”, analyse Sjoerd Broers, directeur d’Auris Relocation Switzerland, une agence de relocation.

Au premier rang des coûts estimés trop importants par ceux qui s’expatrient en Suisse en famille : celui des garderies. “Les frais sont très élevés si les expatriés les comparent avec la majorité des pays”, souligne Sjoerd Broers.

L’enquête d’InterNations, qui a recueilli les réponses de 20 000 expatriés au total, dont 1 000 résidents en Suisse, vient contredire un sondage HSBC paru cet été, qui classait la Suisse en tête des destinations préférées des expats, devant Singapour, note Le Temps. Mais le nombre de pays pris en compte n’était pas le même (33 pour HSBC contre 64 pour InterNations) et les critères retenus étaient également différents ».

 

Partager