Partager

Le corps de Dvir Sorek, 19 ans, a été retrouvé près de la colonie juive de Migdal Oz dans le secteur de Gush Etzion, entre les villes de Bethléem et Hébron, théâtre récurrent de heurts entre des Palestiniens et la police israélienne. Le jeune soldat étudiait dans une yeshiva, un centre d’étude de la Torah, dans le cadre d’un programme spécial combinant étude religieuse et service militaire, a précisé à la radio nationale israélienne le directeur de son école.

Peu après l’annonce de sa mort, l’armée, la police et des membres du Shin Bet, les services de renseignement intérieur, quadrillaient le secteur. Et des renforts ont été envoyés en Cisjordanie, a assuré l’armée plus tard dans la matinée. À Migdal Oz, une unité de police tenait les reporters à un peu moins d’une centaine de mètres de distance de la scène jeudi matin.

Un journaliste de l’AFP a toutefois pu voir le déploiement des forces de sécurité et des secouristes. Des dizaines de soldats et de policiers ont aussi pénétré dans la ville palestinienne voisine de Beit Fajjar, allant de maison en maison pour mettre la main sur des caméras de sécurité, selon un journaliste de l’AFP sur place. Ces enregistrements vidéo pourraient permettre d’identifier les mouvements de suspects potentiels.

LE PLUS. DVIR SOREK ASSASSINÉ 19 ANS APRÈS L’ASSASSINAT DE SON GRAND-PÈRE PAR DES TERRORISTES.

Des milliers de personnes ont assisté jeudi aux funérailles d’un jeune étudiant en yeshiva et soldat israélien retrouvé poignardé près d’une implantation juive en Cisjordanie, un décès qui a plongé Israël dans l’émoi.

Les funérailles de Dvir Sorek ont eu lieu dans l’implantation d’Ofra, à une cinquantaine de kilomètres au nord du lieu où son corps avait été découverte à l’aube. Les forces de sécurité israéliennes ont écarté jeudi le soupçon selon lequel l’attaque meurtrière perpétrée à l’arme blanche constituait une tentative d’enlèvement ratée.

Bien que de nombreux détails concernant le jeune homme soient encore sous le feu des projecteurs, ses amis décrivent un jeune homme attentionné et sensible qui a été tué en allant porter des cadeaux à ses professeurs.

Dvir Yehudah Sorek était membre de la Yeshiva Machanaim où il a étudié et où il était un membre très apprécié de l’institution.

Dvir Sorek est le fils de Yoav Sorek, rédacteur en chef du magazine Hashiloach . Son grand-père, le rabbin Benjamin Harling, a été tué par des terroristes qui ont abattu un groupe de touristes près du mont Ebal en 2000. 

Dvir Sorek revenait d’un voyage à Jérusalem dans la Yeshiva Machanaïm, située entre Efrat et Migal Oz dans la région de Gush Etzion, après avoir acheté des livres pour ses rabbins comme cadeau de fin d’année au nom de ses camarades. (Source : Alliance.fr)

LE PLUS. Dvir Sorek, enterré jeudi soir à quelques jours de son 19e anniversaire, était « un jeune sensible et gentil… avec l’âme d’un artiste », a déclaré le célèbre auteur David Grossman dans un hommage jeudi. Grossman n’avait jamais rencontré Dvir, mais il a appris jeudi dans la presse de que le jeune étudiant de yeshiva avait été assassiné en chemin du retour de Jérusalem, alors qu’il avait fait le voyage pour acheter les livres de Grossman en cadeaux de fin d’année pour ses rabbins.

Partager