Partager

Les élections législatives israéliennes ont lieu le en Israël pour désigner les membres de la Knesset. Ces élections ont lieu suite à l’échec de la formation d’un gouvernement de coalition après les élections organisées cinq mois plus tôt. Celles-ci voient la victoire du Likoud du Premier ministre sortant, Benyamin Netanyahou, ainsi que de ses alliés sur la droite de l’échiquier politique. Netanyahou est alors pressenti pour être reconduit dans ses fonctions pour un cinquième mandat. Les membres de l’assemblée élue ne parviennent cependant pas a s’accorder sur la formation d’un nouveau gouvernement de coalition, menant au vote de sa dissolution dans la nuit du 29 au 30 mai 2019. Personnalité de 1er plan chez les francophones, Olivier Rafowicz se présente aux élections.

Olivier Rafowicz est très actif sur les réseaux sociaux. Sa page facebook est en permanence en activité. Des posts sans fin. Des avis tranchés… Il a décidé de « mouiller sa chemise » pour les francophones d’Israël. Pour les prochaines élections législatives il est en bonne place sur la liste de « Israel Beitenou ». Ses chances de devenir Député à la Knesset sont réelles.

Dans un récent article : « Il a quitté la France à l’âge de dix-neuf ans. Il a ensuite fait ses études de Sciences Politiques et Relations Internationales à l’Université de Jérusalem. Il est Colonel de réserve après vingt ans de service dans Tsahal, dont il a aussi été l’un des plus flamboyants porte-paroles. Après avoir été directeur de l’Agence Juive et ambassadeur itinérant du Fonds National Juif, il avait décidé de mettre son énergie au service du pays en se portant candidat au Conseil Municipal de Tel Aviv lors des élections qui ont eu lieu le 30 octobre 2018 ».

Extrait d’un texte très offensif d’Olivier Rafowicz paru en 2015 : « Les Israéliens en ont assez d’entendre des Arabes qui en hébreu parlent de coexistence avec les juifs et en arabe disent le contraire. Il faut séparer les deux populations. Ni coexistence, ni confédération, mais un Etat d’Israël avec une majorité juive écrasante grâce à un redécoupage des frontières qui engloberaient les villes et villages juifs de Judée-Samarie. Les Arabes israéliens devront choisir entre être avec nous ou contre nous. En tout cas, la situation actuelle ne peut continuer éternellement. Cette guerre des couteaux, comme le dit le chef du parti Israel Betenou, ne peut être traitée comme un simple épisode. Elle doit mener les Israéliens vers de vraies décisions pour l’avenir. Pour ma part, je ne crois pas à la coexistence pacifique avec les Arabes musulmans en Israël. A court et moyen terme ils rêvent d’être la majorité et de nous remplacer avant de nous “dhimiser”. Il n’y a aucun pays musulman qui respecte ses minorités. Avec les juifs ce sera un massacre. Ces couteaux en sont l’exemple pour la suite ».

LE PLUS. Israel Beytenou (littéralement « Israël notre maison ») est un parti politique israélien laïc de droite nationaliste, constitué afin de représenter les Israéliens d’origine russe. L’un de ses fondateurs est Avigdor Liberman, un ancien membre du Likoud, né en République socialiste soviétique moldave.

Ce parti se caractérise par une ligne des plus intransigeantes vis-à-vis des Arabes et des Palestiniens en particulier. Le parti propose que les secteurs peuplés par une majorité d’Arabes, comme Umm al-Fahm dans le « Triangle », soient rattachés à l’Autorité palestinienne. Parallèlement, des territoires de Cisjordanie et les colonies seraient officiellement rattachés au territoire de l’État d’Israël, dans le cadre de la création d’un futur État palestinien.

LE PLUS. Avigdor Liberman né le 5 juin 1958 à Kichinev, est un homme politique israélien. Après avoir été membre du Likoud, il crée et dirige le parti nationaliste Israel Beytenou, dont il est la tête de liste aux des élections législatives de 2006, de 2009 et de 2015. À partir de 2001, dans les gouvernements d’Ariel Sharon, d’Ehud Olmert et de Benyamin Netanyahou, il est plusieurs fois ministre (Infrastructures, Transports, vice-Premier ministre et Affaires stratégiques, Affaires étrangères, Défense). Personnalité éminente pour les Israéliens d’origine russe, il est controversé en raison de son vocabulaire violent et de ses positions anti-arabes.

Partager