Partager
Banquier-conseil et investisseur en sociétés de technologie, au service des entrepreneurs tech européens depuis vingt an).

“La cybersécurité est un secteur florissant. Il prend de plus en plus d’ampleur car la cybersécurité n’est jamais une solution permanente, c’est un business sans limite,” a déclaré Benjamin Netanyahu, le premier ministre d’Israël, à la septième conférence annuelle sur la cybersécurité de l’Université de Tel Aviv. Thomas Bossert, assistant du président des Etats-Unis à la sécurité intérieure et à la lutte contre le terrorisme, a annoncé lors de l’événement la création d’un groupe de cybersécurité bilatérale entre les Etats-Unis et la Russie, qui mettra en place “des défenses innovantes de cybersécurité que nous pouvons tester ici puis apporter aux Etats-Unis.”

Israël est devenu une puissance de la cybersécurité qui se trouve au cœur d’une industrie d’une valeur de 82 milliards de dollars (sans compter les dépenses pour les équipes de sécurité interne et les procédures). En plus de collaborer avec des super-puissances, Israël assiste de plus petites nations (comme par exemple Singapour) en créant plus de trois cent startup de la cybersécurité et en exportant l’année dernière 6,5 milliards de dollars en produits de cet ordre. Le pays a également convaincu plus de trente multinationales d’ouvrir des centres de recherche et de développement locaux, tout en attirant des investisseurs étrangers. “En 2016, nous détenions environ 20% de l’investissement mondial de la cybersécurité privée,” a avancé Netanyahu.

Lors de la conférence, j’ai participé à une série de comptes rendus réalisés à l’intention d’une délégation de journalistes étrangers reçue par le ministère des affaires étrangères d’Israël. Ces comptes rendus incluaient des plans d’ensemble du fonctionnement de la cybersécurité israélienne présentés par le général de division, le professeur Isaac Ben-Israel, directeur du centre Blavatnik de recherche de Cyber-études de l’université de Tel Aviv, le précédent directeur de la recherche et du développement pour les forces de défense d’Israël, le Ministre de la défense, ainsi que le Dr Eviatar Matana, président de la Direction nationale de la cybersécurité d’Israël.

https://www.forbes.fr/entrepreneurs/la-france-peut-elle-devenir-un-incubateur-de-licornes/

Partager