Partager

Israël propose des réglementations plus dures sur le commerce légal de l’ivoire issu de mammouths, espérant ainsi couper l’herbe sous le pied des trafiquants de défenses d’éléphants qui tentent de le faire passer sournoisement comme un « ivoire de glace » – cet ivoire provenant des mammouths.

Le commerce de l’ivoire est l’activité économique d’achat et de revente d’ivoire animal provenant des défenses d’éléphants, de morses, de narvals, de mammouths, voire d’hippopotames. Lorsque ce commerce est illégal, il est désigné sous le nom de trafic d’ivoire.

L’ivoire est commercialisé depuis des siècles par les humains, y compris dans certaines régions comme le Groenland, l’Alaska et la Sibérie. Ce marché, plus récemment, met certaines espèces en danger d’extinction, ce qui a entraîné des restrictions et des interdictions. L’ivoire était à l’origine utilisé pour confectionner des touches de piano et d’autres objets décoratifs du fait de sa couleur blanche. L’industrie du piano l’a abandonné dans les années 1970.

Ce commerce est le principal facteur responsable du déclin des populations d’éléphants d’Afrique, dont les deux espèces (éléphant de savane et éléphant de forêt) sont aujourd’hui classées  » vulnérable  » et  » en danger », respectivement, par l’Union internationale pour la conservation de la nature.

Partager