Partager

L’ancien Premier ministre israélien Ehud Barak, mis en cause pour ses liens avec Jeffrey Epstein, accusé de trafic sexuel, a réagi à la mort de ce dernier, indiquant qu’il aurait préféré ne jamais l’avoir connu. « Aujourd’hui, je pense à ses victimes, au prix (qu’elles ont payé) et aux choses effroyables qu’il a faites », a déclaré Ehud Barak au micro de La Treizième chaîne. Mais Barak semble très énervé ces derniers jours.

Barak s’est lancé cpntre le Contrôleur de l’Etat Matanyahou Engelman, employant des termes rarement entendus. Accusant le Contrôleur de l’Etat d’être « à la botte » de Binyamin Netanyahou, Ehoud Barak l’a qualifié de « misérable valet de Netanyahou » et « de serpillère ». Ehoud Barak a rajouté que la nomination de Matanyahou Engelman à ce poste est une « honte pour l’institution du Contrôleur de l’Etat ».

Au Likoud, la réaction a été rapide et vive: « Ehoud Barak s’est déchaîné aujourd’hui contre le Contrôleur de l’Etat, l’un des gardes-fou de l’Etat de droit. Mais où sont-ils tous ceux qui passent leur temps à dénoncer des attaques contre les serviteurs de l’Etat?

Les choses sont maintenant claires: pour la gauche hypocrite, un ‘gardien des institutions’ ne l’est que lorsqu’il sert ses intérêts politiques. S’il émet des opinions indépendantes, tout est alors permis contre lui. Il faut immédiatement ouvrir une enquête pénale contre Ehoud Barak pour outrage à haut fonctionnaire de l’Etat ».

La présidente du parti Yemina, Ayalet Shaked, a également réagi. Sur son compte Twitter elle a écrit: « Ehoud Barak poursuit ses attaques violentes contre les fonctionnaires de l’Etat. Après Avihaï Mandelblit voilà aujourd’hui un nouveau record battu avec ses attaques verbales contre le Contrôleur de l’Etat Engelman. Il sera intéressant de voir si l’on va entendre les lamentations habituelles de la gauche sur la ‘mort de la démocratie’ »…

Partager