Partager

Israël : comment l’armée israélienne intègre les transgenres dans ses unités ?

Comment les Forces de l’armée israélienne, Tsahal, améliorent l’intégration transgenre dans les unités de l’armée ?

« la réussite, la tolérance, pour eux, est notre objectif  » déclare le colonel Mota

Ce n’est pas seulement de leur donner des pilules hormonales pour leur traitement,  mais appeler les garçons ou les filles par leur nouveau prénom, dès le pré-recrutement, ainsi que de les définir d’après leur nouveau genre, répondre aux questions religieuses concernant leur nouveau profil. Egalement, de leur attribuer des  médecins et conseillers spécifiques dans l’armée qu’ils ou qu’elles vont servir.  De ne pas leur porter préjudice et de les gêner lors de leur premiers pas dans le système militaire.

Cela ne constitue qu’une partie d’une série d’ajustements, de premier ordre, effectués par Tsahal pour intégrer les transgenres. De bonnes bases afin de servir dans le respect de la dignité humaine.

Les Forces de défense israéliennes reconnaissent une augmentation lente mais régulière du nombre de soldats qui ont changé de sexe pendant ou avant leur service.

Aujourd’hui, il existe déjà des dizaines de personnes transgenres , parmi lesquelles des combattants, des résistants et des officiers. Et la poursuite de l’élaboration de politiques visant à contrer le phénomène qui s’accélère qui ne comprend plus de cas individuels, contrairement à la situation d’il y a quelques années.

Le général de brigade Avi Motola, qui a démissionné mercredi, a déclaré à Ynet avec fierté que Léon Bur, un soldat transgenre avait servi sous ses ordres avec beaucoup de succès.

En vue de sa récente libération de Tsahal, il lui a dédicacé un tableau qui représentait son colonel : »À mon honorable colonel Père Motola, je vous remercie beaucoup de m’avoir si personnellement pris en charge et de m’intégrer au quartier général du Training Command, en tenant compte de mes besoins spécifiques. Vous avez su garder l’esprit ouvert et vous avez non seulement demandé au soldat de s’intégrer au cadre, mais également au cadre de convenir au soldat. « 

 » J’ai su que Tsahal recrutait les transgenres, juste deux semaines avant mon recrutement l’information n’a pas été très répandue par les médias « se souvient Bor, « je venais d’entamer mon changement de sexe je tenais absolument à être pris en tant que garçon j’ai donc subi une première opération d’ablation des seins.

«Mes commandants m’ont toujours approché avec tact et m’ont demandé si j’avais besoin d’une intervention chirurgicale pour le remplacement de mes organes génitaux. Des gants de laine m’ont été offerts et le colonel Motola s’est occupé de moi personnellement. J’ai également été exempté du rasage dans le cadre de mon désir de conserver un trait masculin. « Bor a ajouté: » Pour moi dans l’unité, c’était plus que parfait »

« Il y a des personnes transgenres ici. C’est un phénomène en pleine croissance au sein de Tsahal, et la tolérance envers cette population est merveilleuse », a déclaré le colonel Avi Motola. « Lorsqu’un soldat transgenre arrive ici, il reçoit une réponse dédiée en fonction de son stade de son processus de changement.
C’est un exploit et je suis personnellement impliqué.Cela n’a rien à voir avec la communauté de formation mais notre rôle en tant que commandants de l’armée israélienne.  »

Le Colonel Motola a ajouté que, dans le cadre de la formation des hauts commandants de l’armée, il avait récemment organisé un séminaire sur le commandement de soldats appartenant à la communauté LGBT « Nous avons mené cette activité pour savoir comment faire face et éviter de faire honte. Aujourd’hui, l’armée est beaucoup plus tolérante envers la société LGBT  »

Les  consignes sont déjà dans toutes les unités de Tsahal, même dans les unités de combat et dans les bases éloignées. L’approche adoptée par l’armée israélienne consiste à adapter un uniforme personnalisé à chaque soldat transgenre, en fonction de ses besoins spécifiques et du stade de transformation dans lequel il se trouve au moment de son enrôlement.

« L’une des choses qui fait que certaines personnes transgenres sont offensées, et à juste titre, c’est qu’elles portent l’ancien nom. Nous essayons de minimiser cela autant que possible et nous avons donc lancé cet appel à la CCM », a expliqué un officier supérieur de l’unité.

« Le souhait est de respecter cela, de ne pas le sous-estimer et d’en prendre conscience.  »

La plupart des médecins ont sensibilisé le public à ce problème. Nous les avons aidés en leur prenant la main pour traverser et ils sont déjà complètement là. Ce qui nous mène à la dignité humaine. »

Selon l’officier, la phase de pré-recrutement est importante pour le succès de l’intégration des transgenres au sein de l’armée israélienne:

«C’est une étape qui peut affecter leur inauguration, car il se peut qu’il soit toujours un homme qui a décidé de devenir une femme, mais  les processus de filtrage qu’il doit subir sont différents et adaptés à la femme. Participez à une réunion d’introduction avec un sous-officier dédié, qui répertorie leurs droits et obligations et les aide de quelque manière que ce soit.  »

Un psychiatre militaire doit approuver officiellement le changement de sexe des LGBT, après lui avoir présenté les documents médicaux l’attestant.

Par la suite, les Forces de défense israéliennes préparent l’uniforme de son choix avec l’autorisation spéciale du chef du régime et de la discipline, qu’il s’agisse de l’uniforme masculin pour les femmes même si elle a encore des caractéristiques externes de son sexe.

« Une chambre à part et une douche à part pour le soldat en cours de conversion « 

Le jour de son recrutement, les commandants du soldat lui téléphonent personnellement et lui demandent quelles douches et quels logements il préfère utiliser. « Si c’est un homme qui est devenu une femme qui veut dormir dans le logement des filles, elle recevra une chambre séparée pour que son identité en cours de changement ne puisse pas être gênante pour les autres femmes. L’acceptation de la chambre séparée est due au désir de considérer toutes les personnes qui servent et pas seulement les personnes transgenres », a souligné l’officier supérieur.

« Si elle, en tant que femme, dort dans la chambre d’un homme, vous risquez d’être mal à l’aise. Idem pour le moment de la douche que les transgenres prennent seuls, avec une signalisation soignée et une répartition horaire. Presque chaque jour, un dilemme différent se pose sur le sujet, y compris la durée du service du soldat, qui n’accepte pas toujours de changer de sexe sur sa carte d’identité. De nombreuses questions se posent et nous devons ajuster les cas qui se présentent.  »

Un des dilemmes qui a surgi dernièrement , concerne un soldat qui avait subi un changement de sexe en passant d’homme à femme. Ses parents ignoraient que leur fils avait changé de sexe contrairement à son unité,  il portait l’uniforme et les cheveux longs. Mais lorsque le décompte de Omer est arrivé, il a cessé de se raser dans le cadre de sa croyance religieuse.

Ce qui a provoqué des affrontement entre hommes et femmes durant le décompte d’Omer. Elle a été autorisé à dormir chez les hommes à ce moment-là. « Cela a nécessité mon intervention personnelle », a déclaré l’officier supérieur. « Un commandant qui a un dilemme doit y faire face en nous demandant conseils,  même dans les unités terminales ou dans des bases distantes. »

« Je ne vois pas de tendance à l’abandon du service militaire par les transgenres, et certainement pas plus que les pourcentages habituels.
Un grand nombre d’hommes transgenres jouent un rôle important dans le département du renseignement et certains combattants également.

« Certains ont commencé le processus de transformation très tôt et l’ont terminé à 17 ans. La procédure en elle-même ne diminue ni ne modifie le profil.
Nous sommes l’armée du peuple, nous enrôlons tout le monde et souhaitons qu’ils aient un service significatif. C’est une population avec de bonnes données. »

Le plus haut gradé de l’armée aujourd’hui est un officier du grade de major.Lors des conférences des armées de l’OTAN sur la question, les officiers étrangers consultent souvent leurs homologues de l’armée israélienne au sujet des relations avec les soldats transgenres.

S’agissant de l’assistance médicale pour le changement de sexe, les Forces de l’armée israélienne préconise l’approche en matière de fonds de santé – ne pas financer la chirurgie pour le changement de sexe mais fournir des pilules hormonales.Les soldats eux-mêmes, la plupart d’entre eux, préfèrent ne pas se faire opérer pendant le service.

Et pourtant, malgré une image relativement optimiste, les FDI signalent toujours des cas d’homophobie et de transphobie. qui était monnaie courante des unités de combat dans son passé. « Nous combattons ces phénomènes et les phobie LGBT au sein de Tsahal. Cela fait partie du harcèlement sexuel et constitue un comportement scandaleux envers la sexualité et l’orientation sexuelle d’une personne

« si les soldats souffrent de cela et ne veulent pas se plaindre  ils peuvent contacter la hotline de Tsahal, également de manière anonyme. Nous faisons appel aux commandants des soldats, et leur demandons de prendre en compte les questions. La situation est très délicate et les soldats nous appellent également à la Hot Line du service d’assistance téléphonique ouvert 24h / 24h

Source : Alliance.fr

 

Partager