Partager

Dans le dernier classement du Global Innovation Index, l’Inde s’est classée au 52e rang sur 130 économies. Sa performance a été saluée, puisqu’elle était 81ème en 2015.

Mais en parallèle, Israël est entré dans le top 10 et si les deux pays ont vu le jour à peu près à la même époque, il a beaucoup de leçons à offrir à son allié indien, surtout lorsqu’il s’agit de transformer les défis en avantage concurrentiel.

A sa création, les Israéliens ont commencé par investir dans un système d’éducation solide. Aujourd’hui, Israël consacre 7 % de son PIB à l’éducation. Plus de 45 pour cent de ses adultes achèvent des études supérieures. Ses investissements en R&D sont les plus élevés au monde (4,2 % de son PIB), dont un tiers dans les universités.

Cela mis à part, Israël compte le plus grand nombre de jeunes entreprises de haute technologie par habitant que tout autre pays au monde et il n’est donc pas surprenant que les exportations de haute technologie représentent 45 pour cent de ses exportations totales.

Pour s’attaquer au problème de sécurité que pose le fait d’être entouré d’ennemis et de lutter constamment contre le terrorisme, le pays a investi massivement dans les technologies de pointe. Aujourd’hui, l’armée israélienne est un incubateur national et un catalyseur important de l’innovation.

Ensuite, il y a la partie culturelle. Les Juifs sont des preneurs de risques naturels – une qualité essentielle pour devenir un entrepreneur.

L’Inde aussi a sa part de défis à relever en matière d’alimentation, d’énergie, d’eau et de sécurité nationale. Il a grand besoin d’améliorer la durabilité et d’apporter des soins de santé dans tous les coins et recoins du pays.

Comme Israël, l’Inde doit investir massivement dans l’éducation et la R&D. Son investissement dans la R-D représente un maigre 0,7 p. 100 du PIB. Très peu de cette somme va aux universités, étant donné qu’une grande partie de la R-D publique est consacrée aux secteurs de l’espace, de l’énergie et de la défense. La Chine, autre grande économie, a réussi à faire passer ses investissements en R&D de 1,3 % en 2006 à 2,18 % en 2018. La taille n’est donc pas un problème ici. Ce n’est que l’intention.

De nombreux experts ont critiqué l’innovation de l’Inde, qui met l’accent sur la fourniture de produits et de services aux populations à un coût abordable, plutôt que sur la recherche d’un leadership mondial. Ils ont tort. Résoudre le défi de l’Inde finira par ouvrir des opportunités pour les entreprises indiennes dans le monde entier. C’est exactement ce qu’Israël a fait.

Source : The HindubusinessLine & Israël Valley

Partager