Partager

En Israël, les bus et les trains en général ne circulent pas dans les villes à majorité juive vendredi soir et samedi avant le coucher du soleil dans le cadre du «statu quo», une doctrine qui régit la relation publique entre les positions religieuse et laïque qui a été  conclu entre la communauté orthodoxe haredi et David Ben-Gourion au début de la  formation de l’État.

Ramat Gan a approuvé très récemment l’exploitation du transport en commun le Chabbat. Le transport parrainé par la ville comprendra deux itinéraires menant à la plage et à d’autres zones de loisirs. Les itinéraires éviteront les zones susceptibles de bouleverser la communauté observatrice du sabbat.

Certaines lignes de bus privées  traversent déjà certaines villes israéliennes pour permettre aux Juifs non orthodoxes d’accéder à la plage et à d’autres lieux de divertissement.

Ramat Gan est une ville israélienne de la banlieue Est de Tel Aviv. La petite ville de Yir Ganim est fondée en 1921. Deux ans plus tard, elle prendra le nom de Ramat Gan, « Les hauteurs du jardin ». Ramat Gan était autrefois une petite ville aux allures campagnardes avec ses champs agricoles.

Sources : Tel Avivre, IsraelValley.

 

Partager