Partager

En 2016, Israël a adopté une loi plafonnant la rémunération des dirigeants des institutions financières, y compris les banques et les compagnies d’assurance, à 2,5 millions de shekels par an (625 000 euros), soit 44 fois le salaire net du salarié le plus bas du Groupe. Avant le plafonnement, les salaires des hauts dirigeants des banques atteignaient jusqu’à 8 millions de shekels par an.

Une rémunération aussi généreuse est « injustifiable et au-delà de toute raison », a déclaré le ministre des Finances Moshe Kahlon lors de l’adoption de la loi limitant la rémunération des cadres dans le secteur financier. Les restrictions et la surveillance accrue des activités des banquiers ont été mises en place après l’indignation du public face aux salaires élevés versés aux banquiers, alors même que les banques annulaient des dettes colossales de millions de shekels appartenant à des magnats des affaires avec lesquels elles avaient collaboré. (Times of Israel)

Partager