Partager

Moovcare devrait être prise en charge par l’Assurance maladie d’ici fin 2019.

Cette annonce confirme la maturité croissante des dispositifs numériques dans le monitoring des maladies graves et chroniques. Développée par la société israélienne Sivan Innovation, Moovcare est une application web et mobile intégrant un algorithme qui permet de détecter et de suivre les signes cliniques de complications ou d’une éventuelle rechute.

Elle a été développée dans un premier temps dans le cancer du poumon. Dans le cas de cette pathologie, les visites et examens de suivi se font généralement tous les 3 à 6 mois, et pendant cet intervalle, l’équipe soignante ne reçoit pas d’alerte au cas où l’état du patient se dégrade.
Des études ont montré que pour deux tiers d’entre eux, cette dégradation n’est détectée qu’au moment de leur prochain CT-scan. Moovcare® remédie à cette carence.
Cette solution, qui est prescrite par le médecin, adresse chaque semaine un questionnaire au patient qui répond à une douzaine de questions sur d’éventuels symptômes ressentis (fatigue, essoufflement, douleur, troubles digestifs, problèmes nutritionnels…).
Le logiciel analyse les données et envoie, si nécessaire, un message d’alerte à l’équipe soignante.
Objectifs : intervenir le plus rapidement possible pour éviter, si possible, que se détériore l’état du malade, optimiser son suivi et améliorer sa qualité de vie.
Développée pendant 6 ans, Moovcare a fait l’objet d’une étude randomisée prospective multicentrique de phase III, dont les résultats ont été présentés en 2018 au congrès de l’ASCO (American Society of Clinical Oncology).
Celle-ci a démontré une augmentation de l’espérance de vie de 7,6 mois, ainsi qu’une amélioration de la qualité de vie chez la plupart des patients.
Elle est testée en France, dans plusieurs centres de soins du groupe Elsan, à l’Institut Curie et au CHU de Lille, ainsi qu’aux États-Unis (au Lineberger Comprehensive Cancer Center, en Caroline du Nord) et en Israël.
En France, l’évaluation réalisée par la Haute Autorité de Santé a confirmé l’efficacité de la solution, sésame pour une prise en charge financière par l’Assurance maladie obligatoire.
Prochaine étape : l’obtention du prix auprès de Comité Économique des Produits de Santé (CEPS), avant une probable commercialisation d’ici la fin de l’année. Sivan Innovation cible la moitié de la population française atteinte d’un cancer du poumon, soit 24 000 à 24 500 personnes.
La société entend bien poursuivre le développement de Moovcare, afin de l’adapter à tous les autres cancers (en premier lieu, les cancers du sein et du rein), et plus généralement à l’ensemble des patients à hauts risques nécessitant un monitoring permanent ou régulier.
La télésurveillance médicale est le suivi d’un patient à distance à l’aide de matériels de surveillance, assuré par un professionnel médical qui peut interpréter les données nécessaires à la prise en charge du patient. L’enregistrement et la transmission des données peuvent être automatisés, réalisés par le patient lui-même ou par un professionnel de santé (éventuellement non médecin).

Source Les Echos

Partager