Partager

L’éditorial de Shraga Blum de LPH. La « ministre des Affaires étrangères » de l’Union européenne, Federica Mogherini achève son mandat de cinq ans en novembre 2019. Cette ancienne communiste et partisane de l’intégration de lslam politique en Europe se sera montrée très critique envers Israël et aura adopté des positions presque systématiquement opposée aux intérêts de l’Etat d’Israël, que ce soit sur le volet israélo-palestinien que sur la question de l’Iran.

Mais l’identité de son successeur pourrait presque la faire regretter! Il s’agit de l’actuel ministre espagnol des Affaires étrangères, Josep Borrell. C’est une grande déception en Israël, qui espérait un changement de la politique étrangères de l’UE après les dernières élections qui ont vu un renforcement des partis de droite. Le choix de Josep Borrell et d’autres hauts fonctionnaires indique clairement que la politique de l’UE envers Israël, les Etats-Unis et l’Iran restera la même.

Josep Borrell est connu pour avoir un langage direct et un caractère au sang chaud. Il est un critique récurrent de la politique israélienne. Il y a une année, il avait appelé l’Union européenne en tant qu’institution et ses pays membres séparément à reconnaître « l’Etat de Palestine ». Il est aussi partisan d’une politique ferme vis à vis des Etats-Unis de Donald Trump et à l’inverse, d’une attitude souple envers l’Iran, qu’il considère, comme l’ancien président Barack Obama, comme un « Etat-clé » au Moyen-Orient. Il souhaite d’ailleurs ouvertement la défaite de Donald Trump aux élections de 2020 pour que l’Iran puisse « respirer ».

Pour savoir à qui Israël aura affaire, il faut savoir que ce diplomate avait un jour été interrogé par un journaliste à propos des appels récurrents de l’Iran à la destruction d’Israël: « L’Iran veut rayer Israël de la carte? Il n’y a là rien de nouveau. Il faut vivre avec ça! »

La nomination de Josep Borrell doit encore obtenir l’aval du parlement européen, mais la probabilité qu’elle soit refusée avoisine zéro.

Israël a décidément peu de chances avec les responsables de la politique étrangère de l’Union européenne. Depuis dix-neuf ans se sont succédé trois personnalités très critiques envers les gouvernements israéliens: Javier Solana, Catherine Ashton et Federica Mogherini.

La série va donc continuer…

https://lphinfo.com/le-futur-successeur-de-federica-mogherini-une-mauvaise-nouvelle-pour-israel/

Partager