Partager

Plus de 650 volontaires sont actuellement volontaires dans les Kibboutz. Dans les années 80, ces derniers venaient principalement d’Europe, cependant, la donne a changé. « Cela est dû à des raisons politiques », indique Aïa Sagi, la responsable des programmes d’accueil dans les kibboutz.

Aujourd’hui, les Asiatiques sont de plus en plus nombreux à vouloir tenter l’expérience israélienne, comme Hainim, qui est venue de Corée. Pendant un an, elle va s’occuper de  la cuisine commune d’Ein HaShofet. « Je voulais apprendre une nouvelle culture, me faire de nouveaux amis, découvrir un nouveau pays… J’en savais très peu sur Israël », confie la jeune femme.  Un autre volontaire, Kenzei, a quant à lui été séduit par l’idéologie du kibboutz.

« Mon rêve est de fonder une communauté agricole autonome. Je suis un artiste et je veux mettre en place un kibboutz au Japon, dans ma ville, Fukushima« , indique le jeune homme.  Situé dans le nord d’Israël, le kibboutz d’Ein HaShofet accueille actuellement 15 volontaires qui sont nourris, logis, blanchis et reçoivent même de l’argent de poche. Plus de 650 autres personnes venues du monde entier tentent elles aussi l’expérience israélienne, travaillant dans des communautés agricoles aux quatre coins du pays.

https://www.i24news.tv/fr/actu/israel/societe/1562755974-en-israel-le-kibboutz-seduit-les-volontaires-du-monde-entier

Partager