Partager

Emeutes en Israël, déchiré par le drame des juifs noirs. Par Martine Gozlan (

« Des émeutes secouent l’Etat hébreu après la mort d’un jeune Israélien d’origine éthiopienne, Salomon Tekah, sous les balles d’un policier. Ce drame ravive les blessures de la communauté juive noire, 35 ans après son arrivée spectaculaire d’Addis Abeba sur le sol israélien.

Après la mort de Solomon Tekah, le ministre de la sécurité intérieure, Gilad Erdan, s’est excusé. Mais si maladroitement que la colère a enflé. Les affrontements ont fait 111 blessés chez les policiers, plusieurs dizaines chez les manifestants. Erdan parle maintenant de « tolérance zéro », ce qui est une menace claire, estiment les porte-parole des jeunes Ethiopiens. En réalité, analysent plusieurs éditorialistes, il ne s’agit pas d’un problème éthiopien mais d’un problème policier.

Le comportement général de la police est mis en accusation. Quant au mot « raciste », il est sur toutes les lèvres, ce qui n’a rien d’étonnant. Comme n’importe quelle société, Israël est confronté à la pulsion raciste. Avec cette différence : l’anathème est le sport favori d’une nation unie par les guerres mais prompte à se retourner contre elle-même ». Pour en savoir plus sur l’histoire des « Beta Israël », lire aussi le livre de Lisa Anteby-Yemini, « Les juifs d’Ethiopie, de Gondar à la Terre promise ». Albin Michel, 2018.

Photo Copyrights : Reuters.

LE PLUS. SELON LE FIGARO. « La mort d’un jeune Noir tué par un policier a déclenché des manifestations violentes dans plusieurs villes.

À Jérusalem. Des voitures et des pneus incendiés, des encombrements cauchemardesques, des jets de pierres d’Israéliens noirs d’origine éthiopienne en colère auxquels répondent des tirs de grenades lacrymogènes de la police qui charge matraques en main: Tel-Aviv, Haïfa et une demi-douzaine de villes d’Israël ont pris depuis mardi des allures de champs de bataille qui rappellent les images d’émeutes raciales dans le passé aux États-Unis. Le bilan de cette «anarchie», selon l’expression d’un quotidien, est lourd: une centaine de blessés et d’arrestations, sans compter des dizaines de milliers d’automobilistes bloqués dans des bouchons. Alarmiste, Gilad Erdan, le ministre de la Sécurité intérieure, a même affirmé disposer de renseignements sur un «projet de manifestants d’utiliser des armes à feu». »

LE PLUS. SELON LE TIMES OF ISRAEL.

Le ministre de la Sécurité intérieure Gilad Erdan a appelé jeudi à réformer l’organe chargé d’enquêter sur la violence policière en Israël, invoquant le « manque de confiance » de la part des Israéliens d’origine éthiopienne dans son fonctionnement.

Le département des enquêtes internes de la police (PIID) fait partie du ministère de la Justice et est chargé d’enquêter sur les policiers accusés de violence ou toute autre malversation.

« Il doit y avoir un examen pour savoir comme changer le modèle du PIID », a déclaré Erdan à la radio militaire jeudi. Il a ajouté qu’il avait déjà formulé cette idée durant une commission ministérielle cette semaine supervisée par le Premier ministre Benjamin Netanyahu et lors de ses entretiens avec les chefs de la communauté éthiopienne.

« Il y a un manque de confiance total dans les enquête du PIID. Je crois les membres de la communauté [israélo-éthiopienne] quand ils disent qu’il y a des erreurs et des manquements dans l’attitude des policiers ».

Partager