Partager

En mai 2019, le groupe NSO, basé à Tel-Aviv, spécialiste des écoutes et logiciels espions,  avait fait la une des journaux pour avoir contribué à attaquer WhatsApp, propriété de Facebook. Il est également accusé d’aider plusieurs gouvernements à épier journalistes et militantes.

Mais d’autres sociétés israéliennes se sont positionnées sur ce marché et parmi elles, on peut compter Ability, Verint et Elbit Systems, qui disposent d’une clientèle répartie aux quatre coin du globe.

Ability, spécialiste dans l’interception des réseaux de communications cellulaires et par satellite de son côté, vend de son côté un système dit d’interceptions illimitées (ULIN) qui permet de court-circuiter les communications GSM, UMTS, LTE et réseaux CDMA pour espionner le smartphone d’une cible.

Au cours de ces derniers mois, une nouvelle alliance d’entreprises regroupant l’israélien WiSpear et la société française Nexa Technologies vient de créer Intellexa, un consortium qui espère défier NSO Group et Verint sur le marché en plein essor des interceptions légales.

La démarche est justifiée par les montants en jeu. En mars 2019, le New York Times avait annoncé que la valeur estimée du marché des logiciels espions des interceptions légales était estimée à 12 milliards de dollars.

Un montant contesté: basée à Londres, la société d’études de marché Technavio estime quant à elle que le marché, progressant de 25% chaque année, atteindra un chiffre d’affaires de 1,52 milliard de dollars en 2023.

Mais la domination du marché par NSO et d’autres fabricants israéliens ne sera donc peut-être pas éternelle. «NSO fait des profits si phénoménaux que quelqu’un d’autre cherchera à percer le marché. Le prochain concurrent pourrait être un fabricant russe, chinois ou même nord-coréen, qui pourrait avoir encore moins de difficultés à traiter avec encore plus de clients», pronostique Karsten Nohl, cryptographe et directeur général de Security Research Labs.

Source : Korii Slate & Israël Valley

 

Partager