Partager

Le magazine « Femina » a publié une série d’articles concernant les vignobles israéliens. Selon le magazine français, les Israéliens consomment entre 4 à 5 litres de vin par personne et par an contre 46 litres par Français. Raison de plus pour attribuer un certain mérite au travail des vignerons israéliens qui ont créé de grands vins à partir malgré des conditions géologiques et climatiques très rudes. Le magazine « Femina » a fait une sélection de vins israéliens de différents domaines distribués en France :

LE PLUS. Déguster un bon cru, conserver son côté épicurien sans mettre en danger sa santé ni compromettre sa ligne, est-ce possible ? Pour répondre à cette question, nos spécialistes se sont mis à table.

Le vin est un aliment à part entière

Vrai : Le vin renferme principalement de l’eau et de l’alcool (10 g environ pour un vin à 12°), parfois des glucides (selon le type de vin), des minéraux (potassium, calcium, magnésium, sodium, phosphore…), des oligoéléments (cuivre, zinc, manganèse…), quelques vitamines (surtout B), des polyphénols, des acides minéraux… soit environ 800 substances différentes ! « Classé dans la catégorie « boisson », le vin se comporte en réalité comme un aliment, ne serait-ce qu’en raison de sa valeur énergétique », souligne Laure Gasparotto, auteur de « Boire sans grossir, sans excès… et sans nuire à la santé » (Flammarion). Un verre de vin rouge de 12,5 cl apporte en effet 80 calories (autant qu’une banane ou une grosse pomme). Certains nutritionnistes intègrent ainsi un verre de vin, au cours d’un régime, à la place d’un fruit.

Vin rouge ou vin blanc, c’est pareil côté santé

Faux : Pendant la vinification d’un vin rouge, la peau du raisin (noire) et les pépins macèrent avec le jus, ce qui permet d’en extraire la couleur et les tanins. Le vin blanc, lui, est obtenu en fermentant le jus séparément de la peau et des pépins. C’est la raison pour laquelle le vin rouge contient des tanins (et donc des polyphénols) et non le vin blanc. Or ce sont ces fameux antioxydants qui contribuent à la prévention des maladies cardio-vasculaires. Moralité : le vin rouge, en petite quantité, a des vertus santé que le blanc ou le rosé n’ont pas.

 

Partager