Partager

Une nouvelle découverte explique pourquoi les cristaux de sel s’accumulent sur les parties les plus profondes du sol de la mer Morte, une découverte qui pourrait aider les scientifiques à comprendre la formation de vastes dépôts de sel dans le passé géologique de la Terre.

La mer Morte, un lac salé bordé par la Jordanie et Israël, est près de 10 fois plus salée que l’océan.
Les humains ont exploré la mer Morte pendant des milliers d’années pour découvrir ses prétendues propriétés curatives et flotter dans ses eaux chaudes, mer dont il est déjà fait mention à l’époque biblique.
Une grande partie de l’eau douce alimentant la mer Morte a été détournée au cours des dernières décennies, ce qui a abaissé le niveau de la mer et l’a rendue plus salée qu’auparavant.
Les scientifiques ont remarqué pour la première fois en 1979 que des cristaux de sel précipitaient hors de la couche supérieure d’eau, « tombant » en flocon de neige et s’accumulant sur le fond du lac. La couche de sel sur le fond du lac grossit d’environ 10 centimètres chaque année.
Le processus entraînant cette « neige » de cristal de sel et l’accumulation de couches de sel sur le fond du lac a déconcerté les scientifiques car cela n’avait aucun sens selon les lois de la physique.
Une nouvelle étude parue dans la revue AGU Water Resources Research suppose que de minuscules fluctuations dans le lac, causées par des vagues ou d’autres mouvements, créent des « doigts de sel » qui dirigent lentement le sel vers le fond du lac.
« Au départ, ces petits doigts sont trop petits pour être observés mais ils interagissent rapidement les uns avec les autres et forment des structures de plus en plus grandes », a déclaré Raphael Ouillon, ingénieur en mécanique à l’Université de Californie à Santa Barbara et auteur principal de la nouvelle étude.
« Les premiers doigts ne font peut-être que quelques millimètres ou quelques centimètres d’épaisseur, mais ils sont partout sur toute la surface du lac », a déclaré Eckart Meiburg, également ingénieur en mécanique à l’Université de Santa Barbara et co-auteur de cette étude. « Ensemble, ces petits doigts génèrent une énorme quantité de flux de sel. »
Ces nouvelles découvertes vont aider les chercheurs à mieux comprendre la physique de la mer Morte, mais vont également permettre d’expliquer la formation de gisements de sels massifs trouvés dans la croûte terrestre.
La Mer Morte n’est que le corps d’eau hypersaliné sur Terre où ce processus de doigté au sel est en cours, ce qui en fait un laboratoire unique pour les chercheurs qui étudient les mécanismes par lesquels ces épais dépôts de sel se sont formés.
« Globalement, cela fait de la mer Morte un système unique », a déclaré Nadav Lensky, géologue au Geological Survey of Israel et co-auteur de la nouvelle étude.
« Au fond, nous avons ici une nouvelle découverte qui, selon nous, est très pertinente pour comprendre l’arrangement de ces bassins qui était si courant dans l’histoire de la Terre. »
La mer Morte étant devenue plus salée au cours des dernières décennies, une grande partie de ce sel s’est concentrée près de sa surface.
En été, la chaleur supplémentaire du soleil réchauffe la surface de la mer Morte et la divise en deux couches distinctes: une couche supérieure chaude reposant sur une couche inférieure plus froide.
Lorsque l’eau s’évapore de la couche supérieure par la chaleur estivale, elle devient plus salée que la couche plus froide située en dessous.
Les chercheurs ont réalisé que la neige salée qu’ils avaient observée entraînait la formation de cette couche salée supérieure, mais cette eau chaude ne se mélange pas à l’eau plus froide située en dessous car elle est beaucoup plus chaude et moins dense.
Ils étaient donc perplexes quant à la manière dont le sel de surface pénétrait dans la couche plus froide et plongeait au fond du lac.
Lensky et ses collèges ont proposé une explication en 2016 mais c’est la première fois qu’ils testent cette théorie.
Ils suggèrent que lorsque la couche supérieure du lac est perturbée par des vagues ou d’autres mouvements, de minuscules quantités d’eau tiède pénètrent dans la piscine d’eau plus froide située en dessous.
La chaleur se diffusant plus rapidement que le sel, cette eau chaude se refroidit rapidement. Mais en se refroidissant, elle retient moins de sel, de sorte que le sel précipite et forme des cristaux qui coulent au fond.
Dans la nouvelle étude, les chercheurs ont créé une simulation informatique de la manière dont l’eau et le sel couleraient dans la mer Morte si la théorie du sel était correcte.
Ils ont découvert que la théorie des doigts de sel prédit correctement le flux descendant de neige salée et l’accumulation de couches de sel au milieu du sol du lac.
 Étant donné que le niveau du lac est en baisse, les couches de sel sont concentrées dans la partie centrale du lac, selon les auteurs.
La nouvelle découverte contribue également à expliquer la formation de dépôts de sel massifs trouvés dans la croûte terrestre.
« Nous savons que de nombreux endroits dans le monde ont des dépôts de sel épais dans la croûte terrestre, et que ces dépôts peuvent atteindre jusqu’à un kilomètre d’épaisseur », a déclaré Meiburg.
« Mais nous ne savons pas comment ces dépôts de sel ont été générés au cours de l’histoire géologique. »
Un exemple notable est l’épaisse couche de sel sous la mer Méditerranée. Les chercheurs savent qu’il y a environ six millions d’années, le détroit de Gibraltar était fermé en raison des mouvements des plaques tectoniques de la Terre. Cela a coupé l’approvisionnement en eau de l’océan Atlantique à la Méditerranée, créant ainsi une mer intérieure géante et peu profonde.
Après plusieurs centaines de milliers d’années, les niveaux d’eau de la Méditerranée ont tellement baissé que la mer s’est partiellement ou presque écoulée, laissant derrière elle d’épais dépôts de sel.
La nouvelle découverte suggère que ces dépôts se sont formés pendant cette période de manière similaire à ce qui se passe actuellement dans la mer Morte.
Lorsque le détroit de Gibraltar a été réouvert, l’eau a inondé le bassin et les dépôts de sel ont été enfouis sous de nouvelles couches de sédiments, où ils se trouvent encore aujourd’hui.

http://koide9enisrael.blogspot.com/2019/07/des-chercheurs-ont-decouvert-pourquoi.html

Source Koide9enisrael

 
Partager