Partager

Malgré les risques, les firmes israéliennes courtisent les investisseurs chinois. La guerre commerciale avec les Etats-Unis n’empêchera pas une centaine d’entreprises israéliennes de s’envoler vers l’Orient où elles seront accueillies par un marché avide d’innovations

Rebecca Zeffert, directrice exécutive du centre Israël-Asie, qui promeut les liens avec la Chine, indique que s’il y a un intérêt croissant pour la Chine du point de vue des entreprises israéliennes, « la guerre commerciale entre les Etats-Unis et la Chine et les inquiétudes sécuritaires soulevées par les investissements chinois dans les infrastructures israéliennes et dans un certain nombre de secteurs technologiques mèneront certainement les firmes israéliennes de ce secteur à cesser de rechercher les investissements chinois ».

« Pour une société israélienne, et en particulier pour les entreprises high-tech, recevoir des investissements chinois pourrait bien avoir certaines répercussions sur le marché américain », explique pour sa part Yoram Evron, professeur-assistant au département des études asiatiques de l’université de Haïfa. « C’est un facteur auquel toutes les entreprises israéliennes devront réfléchir avant de recevoir des investissements », poursuit-il.

Selon Shira Efron, une chercheuse qui a récemment rédigé un rapport consacré aux liens entre l’Etat juif et la Chine pour la Rand Corporation, un autre problème est que de nombreux produits technologiques peuvent avoir des applications militaires sans qu’il y ait eu d’intention préalable de la part de son concepteur. « Cela devient difficile de distinguer ce qui pourrait être à double usage », note-t-elle.

Le rapport pour Rand répertorie un certain nombre de secteurs – allant des semi-conducteurs à l’intelligence artificielle – qui peuvent facilement tomber dans la catégorie des produits à double usage. Et il précise que de nombreuses firmes de capital-risque, notamment Catalyst, OurCrowd et d’autres, ont des investisseurs et des investissements chinois dans des technologies à double usage qui peuvent être sources potentielles d’inquiétude.

Pour le moment, malgré tout, la situation ne semble pas être un problème pour un grand nombre de membres de la communauté des affaires – tant que les entreprises impliquées se tiennent solidement du côté exclusivement civil.

 

https://fr.timesofisrael.com/malgre-les-risques-les-firmes-israeliennes-courtisent-les-investisseurs-chinois/

 

Partager