Partager

Cet été, c’est promis, IsraelValley fera le tour des plages d’Israël (incluant la plage naturiste de Gaash, la plage « aux missiles » de Palmahim, la plage aux chiens de Tel-Aviv, la plage des lesbiennes et transexuelles (Hilton Tel-Aviv), la plage des sans abris (Haïfa), la plage des prostituées/es (Tel-Aviv)…). Sans subventions de El Al, le Ministère du Tourisme de Jérusalem…, nous allons vous dire où surfer sans vous faire piller et arracher les ongles. En maillot (speedo), serviette (Supersol), casquette (offerte par Ikea) et en tongs (Décathlon), nous allons vous faire voir le visage d’été d’Israël. Le vrai… Nous allons démarrer demain samedi avec la plage de Palmahim. (C’est sérieux. Dans aucun de nos articles nous parlerons de guerre, politique, antisémitisme, …)

Selon un site amusant : « La culture surf en Israël est largement imprégnée du cannabis, mais les israéliens préfèrent un vaporisateur portable pour passer inaperçu. En janvier 2016, le surf pro a d’ailleurs débarqué en Israël. C’est à Netanya, une ville située à une trentaine de kilomètres au nord de la capitale “Tel-Aviv”. Israël est un choix sur pour le surf, et à Netanya il y a une grande communauté de surfeurs locaux. Outre les belles vagues et les magnifiques plages, c’est sur le spot de Kontiki Beach que s’est déroulée la compétition. Chaque hiver, ce spot profite d’une belle houle et propose de beaux tubes aux locaux. Le surf en Israël est très populaire depuis les années 70, notamment chez les jeunes. Même si le football reste le roi des sports en Israël, le surf est le second sport le plus pratiqué ».

La « version officielle ». « La Plage de Palmahim est une des dernières plages naturelles qui sont restées au centre du pays, et conserve une partie de la region des dunes de la cote sud. La plage attire les baigneurs et des visiteurs de toute la région pendant toutes les saisons de l’année. La plage est formée surtout de sable, riche en coquille et surmontée par des falaises de calcaire. Dans la partie nord se trouvent des grottes creusées dans des roces de kurkar (sorte de quartz). Au sud de la plage, on peut trouver les ruines d’une ville portuaire antique Yavne yam, de l’Âge du Bronze (milieu du deuxième millénaire avant j.-c.) au Moyen-Âge. Des grottes funéraires ont aussi été repérées.

« Parmi les plantes endémiques du parc, on trouve l’Onagraceae, l’Artemisia monosperma, le Retama raetam, et sur les dunes, le Saccharum Égyptien et Roseau commun. Un certain nombre de sites de ponte de tortues ont été trouvés sur la réserve, et des oiseaux d’eau comme la Foulque macroule et le Canard colvert s’y trouvent en hiver. S’y trouvent également  dans la région, des sangliers, des renards et des chacals. C’est la seule plage ouverte au public entre Rishon Lezion et Ashdod. On peut observer sur la côte trois falaises de Kurkar (en) (un modèle pour l’ensemble de la plaine côtière d’Israël), du nord au Sud. Entre les falaises de kurkar crêtes, on peut remarquer des dunes. La falaise occidentale crée au contact de la mer de l’eau une côte de falaises et de criques, qui ont servi de ports dans l’antiquité. »

Demain, la version IsraelValley. La vérité! No bluff…

Partager