Partager

Docteur en physique moléculaire, Daniel Zajfman, dirige l’Institut Weizmann des sciences (Israël). Un parcours original.

Il se trouve à la tête de l’un des principaux centres mondiaux de recherche interdisciplinaires, mais revendique le droit à la  » musarde scientifique « . Daniel Zajfman, 59 ans, croit fondamentalement que les plus grandes découvertes n’ont pas été faites par des gens qui cherchaient à résoudre des problèmes, mais de façon inattendue. Cette notion a un nom poétique – sérendipité – qui se lirait bien au frontispice de l’Institut Weizmann des Sciences (Israël) qu’il dirige depuis maintenant douze ans.

Pour ce professeur en Physique moléculaire, chaque détail, même le plus infime, compte pour attirer dans son institution les meilleurs. « Il faut choisir les scientifiques pour leur curiosité et leur donner des moyens », résume celui qui a quintuplé le budget alloué aux chercheurs depuis 2006. Un effort qui passe par la construction de nouvelles infrastructures, l’ouverture de nouveaux laboratoires et un infatigable travail pour récolter des fonds. Pas évident pour ce Belge d’origine qui a consacré la majeure partie de sa vie à ses travaux de physique moléculaire à basse température. » J’ai toujours été obsédé par comment se créée la vie et seule la physique, moins théorique que les mathématiques, permet de tout comprendre « , explique Daniel Zajfman. Avec une telle spécialité, il s’est vite tourné du côté de l’astrophysique pour déterminer comment des molécules se forment dans des nuages interstellaires des galaxies.

Poser les bonnes questions

Un cursus qui l’a mené de Bruxelles (Belgique) à Tel-Aviv (Israël), en passant par Chicago (Etats-Unis), mais aussi à Heidelberg (Allemagne) où il a dirigé le Max Planck Institute de physique nucléaire en 2005. « Lorsque l’on m’a proposé de prendre la tête de l’Institut Weizmann, cela revenait clairement à interrompre mes recherches, se souvient-il. Mais j’ai toujours fonctionné par challenge : aller vers quelque chose que l’on ne connaît pas, à condition de penser que l’on peut le faire. Et les carrières linéaires ne m’intéressent pas. »

Aujourd’hui, le professeur Zajfman ne regrette pas son choix. Sous ses différents mandats, l’établissement israélien s’est hissé au 6e rang de la recherche mondiale selon le classement de la prestigieuse revue Nature. « Notre succès ne consiste pas à trouver des réponses mais à poser les bonnes questions » ajoute le scientifique qui milite pour que la recherche fondamentale continue à briller à côté de la recherche appliquée. « Pour une science sans but immédiat, explique-t-il. Même s’il faut attendre parfois trente ans avant de voir les effets concrets de nos travaux dans la vie de tous les jours. » Un pari moins pragmatique mais payant sur le long terme : chaque année, la vente des produits issus des brevets déposés par l’Institut Weizmann génèrent 35 milliards de dollars de revenus.  » Une partie modeste nous revient « , précise-t-il.

Collaboration franco-israélienne

Même s’il a prévenu qu’il quittera son poste fin 2019 pour revenir à sa « simple passion de chercheur », Daniel Zajfman goûte avec délectation ce sentiment de faire avancer la science au quotidien. L’intérêt de gérer un centre multidisciplinaire est de voir certains domaines évoluer à grands pas. Comme la biologie « qui va bouleverser le monde médical grâce aux progrès exponentiels de la technologie. »

https://www.lexpress.fr/actualite/sciences/daniel-zajfman-passeur-de-sciences_2018294.html

Partager