Partager

Alors que l’Etat juif considère les Etats-Unis comme son allié le plus cher, il s’est trouvé dans l’obligation de contre-balancer ses liens avec Washington, voulant garder les portes ouvertes, autant que possible, au poumon économique croissant qu’est la Chine.

« Nous avons pensé que nous pouvions simplement faire tout ce que nous désirons faire avec les Chinois sans pour autant mécontenter les Américains. Cela ne marche pas comme ça, on n’a rien sans rien », commente Jon Medved, directeur-général de la plateforme d’investissement OurCrowd.

« La relation entretenue par Israël avec les Etats-Unis est si essentielle, si centrale et si stratégique que nous avons le devoir de nous en souvenir à chaque instant, que ce soit en tant que pays ou en tant qu’hommes d’affaires », ajoute-t-il.

Avi Luvton, directeur Asie-Pacifique au sein de l’Autorité israélienne des investissements, explique ne pas avoir connaissance d’entreprises ayant pris leurs distances avec la Chine à cause des Etats-Unis, tout en reconnaissant que les entrepreneurs israéliens ont davantage conscience maintenant de ce que pourrait signifier une guerre commerciale entre les Américains et les Chinois.

« En Israël, ce dossier est sensible », note-t-il. « Les répercussions de cette politique impliquent par exemple que si une firme israélienne a des liens avec les Etats-Unis, elle ne voudra pas mettre en péril ces liens en cas de guerre commerciale par une entreprise commune avec la Chine ».

https://fr.timesofisrael.com/malgre-les-risques-les-firmes-israeliennes-courtisent-les-investisseurs-chinois/

Partager