Partager

L’arrivée des drones dans la vie quotidienne s’accompagne d’utilisations malveillantes pour ce domaine. Aussi, voit-on fleurir aujourd’hui des systèmes visant à neutraliser les aéronefs hostiles. Ils regroupent des ensembles de détection et de brouillage des transmissions voire de destruction des appareils ennemis et Israël est bien positionné sur ce secteur.

Destiné lui aussi à la sécurisation des sites sensibles (bases militaires, prisons, aéroports…), le Drone Guard ELI 4030 est un système anti-drone mis au point par Israel Aerospace Industries (IAI).

L’entreprise israélienne Smart Shooter est, elle, à l’origine d’un dispositif militaire de lutte contre les drones malveillants, qui se fixe sur le fusil d’assaut : le Smash 2000 Plus. Il permet de cibler et détruire le drone hostile, même miniature, filant à grande vitesse à une altitude maximale de 120 mètres, de jour comme de nuit.

L’entreprise israélienne IXI EW est à l’origine du DroneKiller, un dispositif de neutralisation des drones malveillants (drones de surveillance, drones chargés d’explosifs…), dont une version se présente sous forme d’arme portable, de portée 1 000 mètres, opérant sur sept bandes de fréquences différentes. Le modèle « fusil » pèse 3,4 kg et est doté d’une autonomie de fonctionnement de deux heures. Dans ce cas aussi, la neutralisation intervient par interruption des transmissions (coupure de la liaison avec une station au sol ou annihilation de la fonction GPS). Le gouvernement japonais a acheté une centaine de DroneKiller en prévision des Jeux olympiques de Tokyo de 2020.

D’autres pays sont aussi présents sur ce secteur, comme le russe Rostec,  le turc Roketsan ou le danois MyDefense.

Source : Electroniques.biz & Israël Valley

 

Partager