Partager

Un article de Jean Klein pour Israël Valley. Pour la 5ème année consécutive, le magazine Forbes a publié la liste des femmes qui ont émigré aux USA et qui ont su faire fortune par elles-mêmes. Celles-ci se sont illustrées dans le commerce de détail, la défense, la chanson et dans d’autres domaines, en dépit des restrictions du gouvernement en matière d’immigration. Elles continuent d’incarner le pouvoir du rêve américain.

Si les Israéliennes ne figurant pas dans le quinté de tête, occupé par Thai Lee, sud-coréenne  qui a un patrimoine de $3 billion gagné dans l’informatique, Peggy Cherng, birmane ($1.7 billion – fast food), Jin Sook Chang ($1.5 billion – mode), Eren Ozmen, turque ($1.4 billion – secteur aérospatial), Jayshree Ullal, anglaise ($1.4 billion – informatique), deux d’entre elles se distinguent : Safra Catz ($1.1 billion) et Adi Tatarko ($430 million).

Bien que Safra Catz ne fasse pas partie des fondatrices d’Oracle, elle y a supervisé plus de 130 acquisitions d’une valeur totale de 60 milliards de dollars et elle est devenue l’une des PDG les mieux payées au pays. Rien qu’en 2017, Oracle lui a versé 135 millions de dollars en espèces et en actions, ce qui l’a aidée à rejoindre les rangs des milliardaires en 2019. Elle est reconnue pour avoir été le fer de lance de la stratégie d’acquisition agressive d’Oracle, aidant à conclure plus de 130 acquisitions depuis 2005 et elle a été aussi invitée l’automne dernier à se joindre au Conseil consultatif du renseignement presidential par D. Trump.

Autre Israélienne figurant dans ce classement : Adi Tatarko, PDG de Houzz, un site d’aménagement de maison qu’elle et son mari, Alon Cohen, ont créé en 2009 après avoir eu de la difficulté à trouver des idées pour rénover leur maison. Houzz attire 40 millions d’utilisateurs et plus de 2,3 millions de professionnels du design dans 15 pays. L’entreprise est évaluée à 4 milliards de dollars Forbes estime que le couple possède environ un quart de l’entreprise.

Source :Forbes & Israël Valley

Partager