Partager

Daniel Zajfman, président de l’Institut Weizmann des Sciences, analyse son modèle de recherche, particulièrement fécond. (lire (1))

L’Institut Weizmann des Sciences est une université de recherche fondée en 1934 et située à Rehovot, au sud de Tel Aviv en Israël. Il est spécialisé dans la formation des masters, des doctorats et des post-doctorats dans les sciences exactes et naturelles.

Il est l’un des principaux centres mondiaux de recherche multidisciplinaires avec près de 3 800 scientifiques, étudiants, techniciens et assistants. L’institut est composé de 5 facultés (biochimie, biologie, chimie, mathématiques & informatique, et physique), 17 départements, 50 centres de recherche multidisciplinaire et 260 laboratoires.

L’institut a formé trois lauréats du prix Nobel en sciences et trois lauréats du prix Turing en informatique. L’institut Weizmann est classé comme la 6e meilleure institution de recherche mondiale et la première en dehors des États-Unis d’après le taux de citation des articles scientifiques publiés et le facteur d’impact par le classement de l’université de Leyde des Pays-Bas.

L’institut est également classé 6e au monde et la seule institution non-américaine dans le top 15 du Nature Index. Publié par la revue scientifique britannique Nature ce classement expose l’impact des recherches académiques sur l’innovation, en se fondant sur la manière dont les articles de recherches sont cités dans les brevets. L’Institut Weizmann y est classé devant des institutions telles que Caltech et l’université Stanford. Il est aussi classé comme la meilleure institution où travailler en dehors des États-Unis d’après le magazine américain The Scientist.

LE PLUS. Selon (1). L’Institut Weizmann n’est ni une université ni un laboratoire de recherche dédié à un seul domaine. Comment le définiriez-vous ?

Par

Israël compte une demi-douzaine d’universités de rang international : le Technion, l’Université hébraïque de Jérusalem, l’Institut Weizmann, l’université Bar-Ilan, l’université de Tel-Aviv et l’université Ben Gourion du Néguev. Le pays est devenu champion mondial pour la part de son produit intérieur brut consacré à la recherche et au développement (près de 5 %). Et il brille dans les domaines les plus en vogue : médecine de précision, bio-informatique, génomique, nanotechnologie… Rencontre avec Daniel Zajfman, président de l’Institut Weizmann des Sciences.

Daniel Zajfman est un physicien israélien dont les principaux domaines de recherche sont la physique des ions moléculaires simples. Le 1 er décembre 2006, il a été élu dixième président de l’Institut Weizmann.

Il n’existe pas une manière universelle de faire de la recherche, et c’est très bien. Weizmann est centré sur la recherche fondamentale en biochimie, biologie, chimie, physique, maths et informatique… sans souci immédiat d’applications pratiques. Notre moteur, c’est avant tout la curiosité ! On s’attache à comprendre notre environnement, à résoudre des questions scientifiques importantes. Et c’est ce travail de fond qui permet ensuite de trouver des solutions à certains grands problèmes de l’humanité. C’était un peu le modèle des Bell Labs américains, d’où sont sortis les micro-ondes, le transistor ou l’apprentissage profond des machines.

(1)  https://www.nouvelobs.com/tech/20190131.OBS9436/l-innovation-en-israel-je-veux-voir-de-la-lumiere-dans-les-yeux-des-chercheurs.html

Les universités en Israël sont supervisées par le Conseil de l’enseignement supérieur en Israël. Selon ICEF Monitor, bien que les universités israéliennes proposent des cursus variés, de qualité supérieure et relativement peu coûteux, les étudiants israéliens sont souvent désireux de poursuivre leurs études à l’étranger pour « obtenir une perspective internationale, de l’expérience et des relations ». En 2014 l’OCDE a classé Israël comme quatrième pays du monde pour le taux de poursuite d’études universitaires dans la population.

Universités

Partager