Partager

Entre Burger King qui propose une version végétarienne de son célèbre burger «Whopper» ou l’arrivée en fanfare à Wall Street de la start-up vegan Beyond Meat, les entreprises proposant des alternatives à la viande ont le vent en poupe. Petit tour d’horizon du secteur.

Le steak de soja existe depuis longtemps et est une référence des magasins bio. Mais quelques entreprises sont passées ces dernières années à l’étape supérieure en utilisant des technologies sophistiquées pour imiter le goût, la texture, voire même le sang de la viande.

Elles utilisent des betteraves, des pois chiches ou de l’huile de coco pour fabriquer des burgers, des saucisses, du haché.

Parmi les start-up les plus connues figurent Beyond Meat, qui vient de faire à Wall Street une entrée digne des plus grandes vedettes de la tech, ou Impossible Burger, qui a noué un partenariat avec Burger King.

Elles profitent des changements d’habitudes d’alimentation d’une certaine partie de la population soucieuse, pour des raisons environnementales, de santé, ou de protection des animaux, de limiter leur consommation de viande.

Le premier burger «in vitro» conçu à partir de cellules souches de vaches par un scientifique néerlandais de l’université de Maastricht, Mark Post, a été présenté en 2013. Il avait été baptisé «Frankenburger».

Plusieurs start-up se sont depuis lancées sur le créneau, aux États-Unis, en Israël, aux Pays-Bas ou au Japon, pour tenter de fabriquer, uniquement à partir de cellules animales, des morceaux de poulet, de canard, de porc, ou de poisson. En Israël, Aleph Farms s’est récemment targué d’utiliser une nouvelle technologie 3D. SuperMeat promet des morceaux de poulet à partir de cellules prélevés « sans douleur », quand Future Meat Technologies garantit une production de muscle et de graisse non génétiquement modifiés.

A San Francisco, Memphis Meat travaille sur du boeuf, du poulet et du canard quand Just, aussi connu pour sa mayonnaise sans oeuf, promet du poulet à partir de cellules prélevées sur une plume.

Elles ne sont pas encore parvenues à passer à une production de masse pour faire suffisamment baisser les prix. Mais les start-up américaine Memphis Meat et néerlandaise Mosa Meat ont annoncé vouloir commercialiser un produit dès 2021. Si les ventes de produits à base de plantes voués à remplacer la viande conventionnelle explosent aux États-Unis, de 23% en 2018, selon une association faisant la promotion du secteur, The Good Food Institute, elles représentent toujours moins de 1% du marché total de la viande dans le pays.

Et les investissements dans le secteur sont encore minuscules. En 2018, 673 millions de dollars ont été investis dans des entreprises développant grâce à des plantes l’équivalent d’aliments à base de viande, d’oeufs ou lait, contre 96,6 milliards de dollars dans le secteur de la technologie de l’agriculture, ou environ 25 milliards dans le cannabis.

Pour Danielle Beck, représentante de l’Association américaine des producteurs de boeuf (NCBA), l’enthousiasme pour ces nouveaux produits ne représente pas en soi une menace pour les éleveurs. Avec la montée du niveau de vie dans les pays émergents, «la demande pour les protéines reste solide», remarque-t-elle. Et quand la population mondiale atteindra près de 10 milliards de personnes en 2050, «on en aura besoin sous toutes ses formes», prédit-elle.

Selon LCI :  « Le principe est assez simple, détaillait dans Libération Yaakov Nahmias, professeur à l’université de Jérusalem, cofondateur et directeur de SuperMeat, entreprise israélienne qui développe, au stade expérimental, de la viande in vitro. On extrait des cellules souches de poulets pour les faire se développer en dehors de l’animal », dans une boîte de Petri. Il y a tout juste deux ans, la start-up SuperMeat a recueilli 200% des fonds espérés lors de sa campagne de financement participatif, soit plus de 200.000 dollars (180.000 euros) en deux mois. Son credo : « Qu’y a-t-il de mieux que d’avoir de la viande en tuant des animaux ? Avoir de la viande sans tuer d’animaux. »

https://www.tvanouvelles.ca/2019/05/09/a-base-de-plantes-ou-de-cellules-les-alternatives-a-la-viande-foisonnent-1

Partager