Partager

La gay pride de Tel-Aviv a lieu ce vendredi. Un défilé, une fête, qui se veut l’incarnation de l’état de maturité pour la communauté LGBT (lesbienne, gay, bisexuel-le, trans, queer, intersexes). L’an passé, l’événement avait rassemblé 200 000 personnes venues des quatre coins du monde. Des artères majeures seront bloquées pour la 21e parade annuelle.

La gay pride, un investissement

À deux pas du bord de mer, les commerces de Tel-Aviv revendiquent l’identité LGBT avec leurs drapeaux arc en ciel planté pour l’occasition sur la devanture. Pour la municipalité, la gay pride est un investissement. « Il ne s’agit pas seulement de faire de l’argent sur deux jours quand les gens sont là, explique Yoav, jeune restaurateur. Nous voulons aussi que les gens reviennent ! Alors nous leur réservons le meilleur accueil et peut-être que leurs prochaines vacances seront ici à Tel-Aviv ! »

Les pieds dans le sable, sous les couleurs arc en ciel de la plage LGBT, Arnaud et Alexandre font partie des touristes de la gay pride. Ils ont quitté Paris en début de semaine. Pour eux, Tel-Aviv est devenu un rituel qui permet de réunir vacances et sens de la fête. « Ici c’est plutot le côté festif que le côté militant comme à l’époque de Aides etc., admet Arnaud. Il y a des gens qui viennent de partout pour faire la fête, c’est très connu pour ça ! »

En Israël, les gays et lesbiennes ont plus de droit familiaux qu’en France. Mais la place du religieux dans l’Etat interdit le mariage civil et la plupart des avancées ont été obtenues devant les juges de la Cour suprême et non devant les députés israéliens.

–‘–
–‘–
Partager