Partager

D’après une étude du cabinet de conseil A.T. Kearney, l’attractivité de l’Hexagone auprès des investisseurs étrangers a progressé en 2018, faisant passer le pays au cinquième rang mondial. Le mouvement des «gilets jaunes» n’a donc pas pesé sur l’opinion des décideurs.

C’était une crainte majeure de l’exécutif comme des milieux d’affaires: au plus fort de la crise des «gilets jaunes», plusieurs voix s’étaient élevées pour dénoncer l’effet désastreux des images de violences en marge des manifestations sur l’attractivité de la France.

«L’attractivité du pays s’est effondrée», déplorait ainsi le président de Medef international, Frédéric Sanchez, qui considérait que «quand vous êtes aux États-Unis, vous avez l’impression que la France est en guerre civile».

«Pour regagner des parts de marché perdues, c’est compliqué», s’inquiétait le représentant du patronat. Même son de cloche du côté de Bercy: pour Bruno Le Maire, le mouvement social «a un coût pour la croissance et l’attractivité de la France».

Et pourtant, alors que le mouvement des «gilets jaunes» atteint ses limites, ces craintes semblent être invalidées par les faits. Selon la dernière édition de l’index du cabinet de conseil en stratégie A.T. Kearney visant à évaluer l’attractivité des États pour les investisseurs, la France a même vu sa côte grimper auprès des milieux d’affaires cette année.

L’Hexagone entre ainsi pour la première fois dans le quintette de tête, à la cinquième place, derrière les États-Unis, l’Allemagne, le Canada et le Royaume-Uni. L’Hexagone vole la place du géant chinois, touché par la guerre commerciale, le ralentissement de sa croissance et les inquiétudes sur le niveau d’endettement des entreprises nationales.

Frappé par un ralentissement économique de grande ampleur, le Japon a également reculé dans le classement.

http://www.lefigaro.fr/conjoncture/la-france-integre-le-top-5-des-pays-les-plus-attractifs-malgre-les-gilets-jaunes-20190513

 

Partager