Partager

Quatorze ans après son inauguration par le président Jacques Chirac et Simone Veil, elle-même rescapée d’Auschwitz, le mur des noms des 76 000 Juifs déportés de France (dont 11 400 enfants), érigé dans la cour du mémorial de la Shoah, va être intégralement déposé et remplacé par un nouveau, également en pierres de Jérusalem. Le chantier a commencé en début de semaine et sera achevé le 27 janvier 2020 pour le 75e anniversaire de l’arrivée de l’armée soviétique dans le camp d’Auschwitz.

Moyennant un budget prévisionnel d’1,7 M€, les prénom, nom et date de naissance des 76 000 victimes de la Shoah (dont 4 000 seulement sont rentrés), classés par ordre alphabétique, vont être gravés artisanalement en région parisienne sur de nouvelles pierres.

Il s’agit de faire figurer les vrais noms des personnes déportées afin de témoigner de leur existence, car le premier mur a été conçu à partir des archives du service anti-juifs de la Gestapo récupérées en août 1944 et les listes des noms des hommes, femmes et enfants envoyés dans les camps de la mort n’étaient pas exemptes d’erreurs : certains par exemple, ont pu être arrêtés sous de faux patronymes (noms de résistants ou francisés…).

L’orthographe de 1 823 noms et de 1 097 prénoms va être changée. 1 498 dates de naissance vont être ajoutées ou modifiées. Et 175 noms de déportés retrouvés grâce aux archives départementales ou à l’intervention des familles, vont être ajoutés.

Chaque année, le centre reçoit 60 000 scolaires de toute la France. C’est dire l’importance du travail d’éducation et de lutte contre l’antisémitisme qui y est accompli ici.

Vous pouvez contribuer à l’édification du mur en versant à la collecte en ligne et visiter le lieu qui restera ouvert pendant les travaux..

17, rue Geoffroy l’Asnier (IVe). Ouvert tous les jours, sauf samedi, de 10 heures à 18 heures, jusqu’à 22 heures le jeudi. Entrée libre.

Source : Le Parisien & Israël Valley

 

 

Partager