Partager

Israël a assuré! Un spectacle éblouissant et un investissement majeur pour le pays. L’organisation de l’Eurovision n’a pas représenté pour Israël un gouffre financier, comme cela a été le cas pour certains pays organisateurs de l’Eurovision. Un retour sur investissement est assuré pour le futur car le tourisme d’Israël va encore bondir.

Si les perspectives de long terme sont difficilement évaluables, Israël peut se targuer d’avoir bénéficié grâce au show d’une véritable vitrine politique et internationale. Quelques accrocs d’une faible intensité cependant : deux des danseurs Madonna, venue interpréter deux titres dont un inédit, arboraient dans le dos des drapeaux israéliens et palestiniens. Au moment de l’annonce des résultats, les membres du groupe islandais Hatari ont déployé des banderoles aux couleurs palestiniennes, suscitant des sifflets dans le public.

L’Union européenne de Radio-télévision (UER), organisatrice, a souligné dans un communiqué que la référence politique faite par les danseurs de Madonna ne figurait pas dans les répétitions telles que l’UER les avait approuvées. L’Eurovision « est un événement apolitique et Madonna en avait été informée », a-t-elle rappelé. Quant à Hatari, leurs agissements « contreviennent directement » aux règles du concours, et « les conséquences (en) seront discutées » par la direction de la compétition, a-t-elle dit.

Pour la grande finale de l’Eurovision de nombreux Israéliens et touristes étaient rassemblés à l’Eurovillage sur le bord de mer, où ont été retransmises sur des écrans géants les performances musicales des artistes en compétition. Des stands de nourriture et de boissons avaient été installés pour l’occasion ainsi que de nombreuses animations à disposition du public. Le dispositif de sécurité avait été renforcé, de nombreux militaires avaient été réquisitionnés pour encadrer les milliers de personnes à l’Eurovillage.

Selon (1) : « Les Pays-Bas ont remporté l’Eurovision cette année, grâce à l’interprétation du titre Arcade par le jeune chanteur Duncan Laurence. Le gagnant de l’Eurovision était l’un des favoris des bookmakers avant le concours. Le candidat interprétait, au piano, « Arcade », ballade aux sonorités électro léchées. Se son vrai nom Duncan de Moor, Duncan Laurence, 25 ans est un ancien candidat The Voice aux Pays-Bas.

Duncan Laurence a tenu à rappeler publiquement sa bisexualité. Se présentant comme un « auteur-compositeur qui écrivait des chansons dans sa chambre ». « Je suis plus qu’un simple artiste, je suis une personne, je suis un être humain, je suis bisexuel, je suis un musicien, je représente quelque chose. Je suis fier d’avoir la chance de montrer ce que je suis, qui je suis ».

Le candidat Français Bilal Hassani a terminé en 14e position. Sur le podium on trouve le candidat de l’Italie, Mahmood, interprète du titre Soldi, en deuxième position, suivi du Russe Sergey Lazarev qui a interprété Dare To Dream, troisième du classement.

La prestation ratée de Madonna lors de l’Eurovision 2019

C’était l’un des rendez-vous clés du concours Eurovision 2019 : Madonna est venue animer le show avec deux titres, « Like a prayer » et « Future » un inédit extrait de son album à venir, « Madame X », en fin de concours. Mais sa prestation n’a manifestement pas plus aux internautes, qui ont souligné que la reine de la pop a chanté faux et abusé de l’auto tune. Les moqueries sur son costume, moyenâgeux, faisant irrémédiablement penser à Game of Thrones, ont également été nombreuses sur les réseaux sociaux.

Les drapeaux israélien et palestinien sont brièvement apparus sur les dos de deux danseurs enlacés. La participation de Madonna à cette édition israélienne du concours avait attisé la polémique.

Le groupe Hatari et sa performance punk pour cet Eurovision

Hatari, groupe candidat pour l’Islande, s’était offert une place pour la finale de l’Eurovision 2019 lors des sélections organisées ces derniers jours pour les pays qui n’étaient pas qualifiés d’office (comme la France). Avec « Hatrid Mun Sigra », le groupe avait déjà suscité la controverse en demi-finale avec leurs costumes punk assez effrayants. Leur musique, sorte de mélange  d’électro-hardcore et de techno, elle aussi interpelle. Malgré ou grâce à la polémique, le groupe faisait partie des favoris des demi-finales de l’Eurovision. Il termine finalement 10e à l’issue de la finale.

Les Islandais ont marqué ce concours Eurovision 2019

Au-delà du classement, l’Eurovision est toujours le moment d’incidents, de polémiques et de messages politique plus ou moins bien  perçus. Les Islandais d’Hatari en ont en quelque sorte fait les frais lors de ce concours Eurovision 2019, puisqu’ils ont décidé de déployer un message pro-palestinien à l’issue de leur prestation, profitant de leur tribune à Tel Aviv. Comme on pouvait s’y attendre, leur initiative, consistant à montrer de simples écharpes aux couleurs de la Palestine au moment de l’annonce des points, a provoqué une bronca dans le public et un malaise chez les présentateurs.

Mahmood, candidat italien de l’Eurovision, prend une revanche sur les critiques et Salvini

En terminant à la deuxième place, Mahmood, candidat italien de l’Eurovision, a pris une revanche sur l’avalanche de critiques qu’il a subies dans son pays après sa qualification pour l’Eurovision. Le jeune artiste de 26 ans, ancien candidat lui aussi du télé-crochet X-Factor, n’avait pas le soutien du ministre de l’Intérieur italien, Matteo Salvini, patron de l’extrême-droite transalpine. Il faut dire que né d’une mère italienne et d’un père égyptien, Mahmood chante quelques mots en arabe dans son titre Soldi, vainqueur du festival de la chanson italienne Sanremo il y a quelques mois, qualificatif pour l’Eurovision. Matteo Salvini avait publiquement regretté alors que la victoire n’ait pas été accordée à un candidat né de deux parents italiens.

(1) https://www.linternaute.com/television/programme/1228504-eurovision-2019-le-classement-bilal-hassani-loin-du-compte-ducan-laurence-gagnant/

Partager