Partager

Le tout premier cœur vivant (pas de taille réelle, mais plutôt un cœur miniature) a été imprimé à l’Université de Tel Aviv à l’aide d’un procédé d’impression 3D révolutionnaire combinant les tissus humains prélevés sur un patient. Les scientifiques ont imprimé un cœur complet avec des cellules, des vaisseaux sanguins, des ventricules et des cavités.

LE PLUS.

Une équipe de scientifiques israéliens vient de révéler ses travaux de recherche concernant un coeur imprimé en 3D à partir de tissus et de vaisseaux sanguins humains. L’organe bio-imprimé correspondrait parfaitement aux propriétés immunologiques, cellulaires, biochimiques et anatomiques d’un patient humain. Une avancée des plus importantes dans le secteur médical à l’heure où les greffes de coeur sont de plus en plus nombreuses dans le monde.

Dans le secteur de la bio-impression, la création d’organes fonctionnels est un des objectifs de beaucoup de chercheurs : du rein au pancréas en passant par le foie, les avancées sont nombreuses et prometteuses. Les technologies 3D pourraient bien révolutionner le secteur chirurgical grâce à la fabrication d’organes sur mesure, complètement adaptés à la morphologie de chaque patient. Bien que la bio-impression n’en est qu’à ses débuts – les organes imprimés en 3D ne fonctionnent que quelques minutes – les possibilités sont infinies et peuvent bouleverser le futur de la médecine.

https://www.3dnatives.com/coeur-imprime-en-3d-16042019/

La bio-impression est une application biomédicale des procédés de fabrication additive permettant de produire artificiellement des tissus biologiques. La bio-impression peut être définie comme la structuration spatiale de cellules vivantes et d’autres produits biologiques en les empilant et en les assemblant en utilisant une méthode de dépôt couche par couche assistée par ordinateur pour développer des tissus vivants et des organes pour l’ingénierie tissulaire, la médecine régénérative, la pharmacocinétique et plus généralement la recherche en biologie.

C’est une innovation récente qui positionne simultanément des cellules vivantes et des biomatériaux couche par couche pour fabriquer des tissus vivants. L’utilisation principale des organes imprimés est la transplantation. Des recherches sont actuellement menées sur des structures artificielles du cœur, des reins, du foie ainsi que sur d’autres organes vitaux. Pour les organes les plus complexes comme le cœur, des constructions plus petites telles que les valves cardiaques ont également fait l’objet de recherches. Certains organes imprimés ont déjà atteint la mise en œuvre clinique mais concernent principalement des structures creuses telles que la vessie ainsi que des structures vasculaires.

Partager