Partager

Des milliers de jeunes Juifs du monde entier se sont joints jeudi dernier à des survivants de l’Holocauste et à des personnalités politiques pour une marche annuelle de commémoration de l’Holocauste dans le sud de la Pologne luttant contre l’antisémitisme et la haine.

Environ 10 000 manifestants portant des drapeaux israéliens et des banderoles « Dites NON à l’antisémitisme » se sont joints à la Marche annuelle des vivants, qui suit un parcours de 3 kilomètres (1,8 mille) entre les deux parties de l’ancien camp de la mort d’Auschwitz-Birkenau, géré par les nazis allemands, à Oswiecim, dans la ville occupée, et Brzezinka, à proximité.

Sur l’ancien site de Birkenau, où des Juifs de toute l’Europe furent amenés par train et tués dans des chambres à gaz en 1942-1945, les participants placèrent sur les voies ferrées restantes des panneaux en bois portant les noms des parents morts pendant la Shoah.

L’ancien chef de l’opposition israélienne Yitzhak Herzog, quant à lui, a exhorté les dirigeants du monde entier à lutter contre l’antisémitisme et à prévenir la répétition des attaques contre les Juifs, comme celle du mois dernier à San Diego en Californie.

La marche, qui a commencé en 1988, a lieu chaque année le jour du souvenir de l’Holocauste en Israël.

Six ambassadeurs des États-Unis, dont l’ambassadeur en Israël David M. Friedman et Georgette Mosbacher, l’ambassadeur en Pologne, étaient parmi les diplomates internationaux présents à la marche. Le Premier ministre roumain Viorica Dancila, dont le pays assure la présidence tournante de l’Union européenne, était également présent.

On estime que 1,1 million de personnes sont mortes à Auschwitz-Birkenau pendant la brutale occupation de la Pologne par l’Allemagne nazie pendant la Seconde Guerre mondiale. La plupart des victimes étaient des Juifs européens, mais aussi des résistants polonais, des Roms et des prisonniers de guerre russes.

Source : Washington Post & Israël Valley

 

 

Partager