Partager

Un éditorial de Olivier Rafowicz  : « La situation au Moyen-Orient aujourd-hui est extrêmement fébrile et provoque des interrogations sur l’avenir à très court terme. Le conflit entre les États-Unis d’Amérique et la République islamique d’Iran a le potentiel de se développer en conflit mondial.

Pour l’instant les analystes internationaux refusent de voir cette confrontation politique et diplomatique se transformer en véritable guerre. En Iran,deux courants principaux se font entendre, le premier provenant des gardiens de la révolution et de l’échelon militaire menacent les Américains et Israel et parlent de situation de veille de guerre.

Le second courant,de manière paradoxale, provient de l’échelon politique iranien par la voix de conseillers et de portes parole proches d,et transmet des messages d’apaisement et de possibles compromis politiques sans donner de véritables détails,ils accusent les américains de guerre psychologique.

Dans ce jeu d’échecs, jeu inventè et pensé par les perses de l’Antiquité, les Iraniens essaient de gagner du temps et de se préparer à de différentes éventualités.Une d’entre elle est de rechercher des acteurs internationaux de premier plan comme la Russie et la Chine pour trouver de nouvelles solutions et des compromis pour sortir de cette crise.

Cela fait déjà des années que la République islamique d’Iran est devenue la menace principale des intérêts américains au Moyen-Orient mais surtout la menace militaire pour tous les états arabes sunnites de la région ainsi que le danger premier pour la sécurité de l’Etat d’Israël.

De manière paradoxale la menace iranienne contre les états arabes sunnites et la politique de volonté d’hégémonie régionale a produit exactement le contraire de ce que veulent les Iraniens depuis la révolution de 1979 : les ayatollahs ont rêvé jusqu’aujourd’hui d’unir le monde musulman contre les Américains et les israéliens, ils ont en fait réussi à unir pour la première fois dans l’histoire moderne du Moyen-Orient depuis Lawrence d’Arabie tous les Arabes sunnites même les palestiniens de Mahmoud Abbas et de les rallier aux Américains et aux israéliens.

Non seulement de les rallier aux USA et à l’État Juif mais de faire de Donald Trump et de Binyamin Nétanyahou les protecteurs de la nation arabe sunnite, les protecteurs et les défendeurs des états arabes sunnites menacés de dislocation de destruction par la menace iranienne et ses agents du Hezbollah,du Hamas ,du Jihad Islamique et autres marionnettes à la botte de Téhéran.

Cette menace iranienne arrive aujourd’hui à maturation car elle ne peut pas continuer à être cette épée de Damoclès sur un Moyen –Orient en train de se redessiner de se réinventer et surtout de survivre.

Là aussi,de manière paradoxale et impensable il y a à peine 10 ans, Israël est devenu en tant qu’Etat Nation du peuple juif un garant incontournable de stabilité politique économique et sécuritaire pour des pays balayés par le terrorisme, l’islamisme le plus cruel et bien entendu par la politique anti arabe sunnite des iraniens qui n’ont jamais vraiment porté dans leurs cœurs les arabes perçus par les descendants des perses comme des nomades sans véritable histoire.

Israël,l’Etat nation du peuple juif détesté et haï par les pays arabes qui jusqu’à aujourd’hui pour la majorité d’entre eux refusent officiellement son existence ne peuvent plus penser à leur propre avenir sans un Etat d’Israël fort stable et garant de leur integrité territoriale. Cette nouvelle situation comprise à Riyad,au Qatar en Egypte au Maroc au Soudan et à Ramallah ne l’est pas encore à Paris et Bruxelles…

La partie d’échecs ne fait que commencer,les dirigeants de Téhéran doivent bien choisir si ils veulent les blancs ou les noirs car de cette partie se joue l’avenir du régime des Ayatollahs et autres Mollahs qui conduisent cette grande nation vers une catastrophe connue à l’avance ».

Olivier Rafowicz

olivierrafowicz@gmail.com

Partager