Partager

Etat d’Urgence dans le Sud d’Israël. Si les routes ne seront pas fermées, de nombreux israéliens se rendront ce jour à 16 heures au Cimetière d’Ashkelon pour assister à l’enterrement d’un habitant tué par un missile du Hamas. Une roquette tirée par des militants de Gaza a atterri près du domicile de Moshé Agadi au milieu de la nuit. Il a été emmené à l’hôpital Barzilaï d’Ashkelon, où les médecins ont annoncé sa mort peu de temps après. C’est la première victime civile israélienne depuis 2014.

Selon (1) : « Moshé Agadi, 58 ans, père de 4 enfants, est mort cette nuit après avoir été touché à la poitrine et au coeur par des éclats d’un missile qui s’est abattu sur son immeuble à Ashkelon. Il a eu le temps de mettre sa femme et ses enfants à l’abri.

Une mort qui pourrait peut-être changer le caractère des représailles de Tsahal qui, bien que plus massives que pour les dernières confrontations, restent toutefois pondérées.

Cependant, tous les éditorialistes s’accordent à dire qu’Israël restera dans la retenue et cherchera à gagner du calme et du temps au moins juqu’àprès l’Eurovision le 18 mai prochain alors que le Hamas et le Djihad eux tenteront sans doute de continuer à exercer des pressions.

Déjà 430 roquettes ou missiles tirés depuis hier matin- pendant ces deux semaines avec pour équation : apaisement contre dollars avant le début du Ramadan le 5 mai pour ne pas risquer de se retrouver les mains vides face aux gazaouis avant la fête.

Cependant, une guerre est à craindre. Aviv Kochavi, le chef d’état major nous y prépare sémantiquement. Il parle de jours de lutte, utilise l’expression armée terroriste et non organisation terroriste pour évoquer le Hamas ou le Djihad car il sait que les mots influencent la conscience et préparent ainsi Tsahal et l’opinion publique à une guerre qui pourrait éclater en juillet et août ».

(1) Nathalie Sosna-Ofir

 

Partager