Partager

Un article de Guillaume Lenorman pour Israël Valley. Si les équipes de football d’Ajax d’Amsterdam et de Tottenham (Londres) s’affrontent durement pour une place pour la finale de la Ligue des champions (victoire 1-0 pour l’Ajax au match aller), ces deux clubs ont des éléments identitaires communs qui empruntent beaucoup au symbolisme judaïque.
A Tottenham, depuis des décennies, les supporters s’identifient comme la « Yid army. » qui découle historiquement des Pogroms de 1881 qui ont amené deux millions de Juifs à quitter l’Empire russe et dont la plupart de ceux qui émigrent en Angleterre s’installeront alors à Londres.

Ils vont utiliser le football comme vecteur d’intégration décisif et beaucoup devinrent fans de Tottenham. Quand, dans les années 1970, certains fans de Chelsea, et d’autres clubs rivaux des « Spurs » vont commencer à appeler les fans de Tottenham les « Yids » ou encore à chanter à propos de l’Holocauste , ceux-ci vont réagir positivement et utiliser cette désignation comme motif de fierté, pour affirmer leur solidarité vis-à-vis de la communauté juive.

Mêmes causes, mêmes conséquences à Amsterdam, à partir de la fin des années 1970 et les supporters de l’Ajax ont adopté ce surnom de « Joden » ou d’afficher dans les tribunes  l’étoile de David, comme un symbole honorifique.  Amsterdam étant la ville associée à la communauté juive aux  Pays-Bas.

Mais la présence de la communauté juive à Amsteream est plus ancienne de celle de Londres, car elle remonte en 1492, à la suite de l’expulsion des Juifs d’Espagne. L’ancien stade de l’Ajax, le Stadion De Meer, était d’ailleurs proche du Jodenbuurt, le quartier juif d’Amsterdam.

Les fans du club qui s’affublent du nom de Superjoden, soit les « Super Juifs » se  dresseront donc face à la Yid army des Spurs le mercredi 8 mai prochain, ce qui garantit, d’une certaine façon, une participation symbolique juive lors de la finale, quel que soit le résultat.

Source : Sofoot & Israël Valley

 

 

Partager