Santé & Robots. Mazor Robotics, fierté d’Israël dans le secteur médical.

By |2019-05-30T09:15:23+03:00mai 30th, 2019|Categories: SANTE|
Partager

Mazor Robotics (chirurgie du cerveau et de la colonne vertébrale), qui a commencé dans le laboratoire de robotique du Prof. Moshe Shoham de la faculté de génie mécanique de Technion et a récemment été vendue à Medtronic pour 1,7 milliard de dollars.

MEDTRONICS. « En 1949, aux États-Unis, Earl Bakken et son beau-frère Palmer Hermundslie ont fondé Medtronic, société de réparation de matériel médical. Ces deux hommes avaient-ils dans l’idée de changer l’univers des technologies médicales, ainsi que la vie de millions de personnes ? Non. Mais ils étaient animés par un objectif moral profond et par la volonté d’utiliser leurs connaissances scientifiques et leurs compétences entrepreneuriales pour aider les autres. Cet esprit, combiné à l’intégrité personnelle et à la passion de nos fondateurs, est devenu notre philosophie et à terme, la Mission de Medtronic.

La première de nos thérapies à avoir changé la vie d’une personne – le premier stimulateur cardiaque externe autonome alimenté par une pile – a servi de plateforme de développement pour des dizaines d’autres thérapies faisant appel à notre expertise en stimulation électrique. Au fil des ans, nous avons adapté d’autres technologies au corps humain, notamment des dispositifs médicaux implantables, des dispositifs d’administration de produits biologiques et de médicaments, des outils de diagnostic ainsi que des instruments chirurgicaux de pointe. Aujourd’hui, nos technologies couvrent plus de 70 maladies chroniques affectant de nombreuses zones du corps humain ».

LE PLUS. Robotique médicale: perspectives en matière de capital-risque

Selon https://www.investir.ch/article/robotique-medicale-perspectives-en-matiere-de-capital-risque/

La robotique est considérée comme l’un des principaux domaines d’innovation dans le secteur des technologies médicales.

Par Catherine Poulin-Filion, Associate, Private Equity

Intuitive Surgical a été pionnier dans ce domaine et a créé de la valeur pour les actionnaires au fil des années. Cela étant dit, d’autres acteurs ont également conçu des produits dédiés à diverses applications et la concurrence va aller en s’intensifiant à mesure que les brevets initiaux tomberont dans le domaine public. Les investisseurs en capital-risque ont tout intérêt à investir dans des entreprises proposant des applications innovantes, affichant des valorisations attractives et dont les technologies s’intègrent bien au portefeuille stratégique tout en étant compétitives à titre individuel.

Intuitive Surgical est le principal fondateur de la robotique médicale. Cette entreprise florissante a généré un chiffre d’affaires de 3,7 milliards USD et offert des rendements d’environ 175% à ses actionnaires au cours des trois dernières années. D’autres entreprises leaders sur les segments sous-jacents, à l’instar de Medtronic, J&J, Stryker, Verb Surgical, et Auris, ont développé des systèmes qui arrivent aujourd’hui sur le marché.

On pourrait penser que le marché est désormais très compétitif au vu du nombre de plateformes robotiques qui ne cessent d’émerger. Pourtant, les applications sont loin d’être toutes arrivées à saturation et la robotique n’a pour le moment pénétré qu’une petite partie du marché de la chirurgie. La robotique liée aux procédures chirurgicales impliquant les articulations fait face à une concurrence de plus en plus féroce, alors que le segment des tissus mous est quant à lui dominé par Intuitive Surgical, dont les systèmes couvrent plusieurs applications, mais pas toutes. Par conséquent, les applications monopolistiques et/ou peu actives, dans les domaines ORL et vasculaire recèlent selon nous des opportunités intéressantes.

Certains acteurs développent leurs propres technologies, mais la plupart des entreprises stratégiques acquièrent des plateformes robotiques. Ainsi, Stryker a acquis Mako dans le domaine de la chirurgie orthopédique, tandis que Medtronic a acheté Mazor Robotics dans celui de la chirurgie de la colonne vertébrale (les deux plateformes représentant un montant total de 1,7 milliard USD). Parmi les acquisitions plus récentes figure la transaction entre J&J et Auris. La taille de ces opérations s’explique en partie par les opportunités commerciales inexploitées ainsi que par le coût significatif associé au développement de ces technologies.

En tant qu’investisseurs en capital-risque, nous considérons que l’une des principales difficultés que pose la robotique médicale est celle de la valorisation. Les systèmes concernés sont complexes et de grande envergure. Ils font donc l’objet d’un certain nombre de modifications avant de pouvoir être commercialisés. En outre, une fois que le système a été développé, l’entreprise doit encore financer les essais cliniques, puis, à l’issue de ces derniers et après approbation du système, disposer de fonds de roulement suffisants pour lancer la commercialisation. La majorité des entreprises doivent mener plusieurs opérations de financement avant de pouvoir se désengager, que ce soit par le biais d’une introduction en bourse ou d’une cession à un acteur majeur. Le principal risque auquel ces entreprises sont confrontées est celui de pénétrer le marché trop tôt et de diluer leur capital avec une nouvelle opération de financement ou, au contraire, trop tardivement et de générer de faibles performances. Cependant, les valorisations de sortie peuvent se révéler relativement attractives.

Afin d’atteindre une valorisation optimale, les entreprises devraient proposer des solutions visant à améliorer les processus de travail des médecins. Pour ce faire, plusieurs options s’offrent à elles:

  • Permettre aux médecins de réaliser plusieurs procédures en même temps ou réduire le temps consacré aux traitements standard.
  • Maintenir ou améliorer la qualité des résultats pour les patients.
  • Améliorer l’offre destinée aux hôpitaux grâce à leur modèle économique ou à des stratégies à bas coûts.

Le domaine de la robotique regorge d’innovations et d’opportunités intéressantes, mais il comporte également des risques importants. Les systèmes développés par des entreprises en mesure d’adopter une stratégie axée à la fois sur les processus de travail, les résultats et les prix devraient bénéficier d’un bon accueil sur le marché et, par conséquent, générer des performances pour les investisseurs.

Partager