Partager

Un article de Guillaume Lenorman pour Israël Valley. Le Musée du judaïsme italien et de la Shoah à Ferrare, ouvert en 2013 présente une grande exposition : « Juifs, une histoire italienne. Les premières mille années », qui étudie les relations longues et complexes entre Rome et Jérusalem, le christianisme et le judaïsme.

Même si l’histoire de la vie juive en Italie peut sembler être une longue saga de souffrances et de traumatismes : de l’esclavage des Romains jusqu’à la montée du fascisme, il y a une autre partie à l’histoire juive italienne, celle de l’acceptation, de l’intégration et même de l’appréciation tout au long du long arc de la civilisation de la péninsule.

La collection de plus de 200 artefacts et installations multimédias du musée soutient cette narration alternative, de coexistence et de contribution. Une mosaïque de deux matrones du Ve siècle, l’une avec l’Ancien Testament, l’autre avec le Nouveau, montre une seule communauté de foi, un chapitre dans une relation autrement tendue avec le christianisme. Il existe des documents et des instruments précieux représentant les contributions juives à la médecine, à la science et à l’astronomie.

Le musée est une institution publique financée par l’État, proclamée par le Parlement italien en 2003. Conçu à l’origine comme un musée de l’Holocauste, sa mission a été modifiée par la suite pour englober l’histoire et le patrimoine des Juifs italiens.

Ce qui ressort tout au long de l’exposition de deux étages, c’est l’ampleur et la ténacité de la vie juive au cours des millénaires. La péninsule italienne a connu des conquérants en série – Romains, Goths, Lombards byzantins et musulmans – qui sont tous partis. Pourtant, la seule présence continue a été celle des Juifs, qui se sont accrochés à leur identité et à leur civilisation face aux graves difficultés de leur survie. Environ 30 000 Juifs vivent aujourd’hui en Italie, la majorité à Rome et à Milan.

Source : New York Times & Israël Valley

 

Partager