Partager

Un article de Guillaume Lenorman pour Israël Valley. Dov Alfon est un ancien offiicer de renseignement de l’armée israélienne et quand il écrit des romans d’espionnage, il sait ce qu’il évoque. Loin de Ian Fleming (James Bond) ou de John Le Carré, il raconte une réalité différente des filatures dans des ruelles obscures et des combats de rue. Une cible peut être surveillée à des milliers de kilomètres de distance et les transactions pas toujours nettes se passent plus dans des cabinets ministériels que dans des bars louches. A partir d’un fond d’intrigue très rapproché des milieux d’affaires français et israéliens, Dav Alfon mèle une jolie blonde qui sert d’appât, des chinois, un premier ministre israélien ressemblant beaucoup à Benyamin Netanyahou,  un hacker israélien d’origine russe issu de la mystérieuse unité 8 200 et toute une kyrielle de personnages mystérieux.

Mais, qui est aux commandes ? Mafias, services secrets, gouvernements ? Entre Paris et Tel-Aviv, Washington et Macao, les vingt-quatre heures les plus folles qu’un commissaire français, un gang chinois, un officier israélien désabusé et son intrépide adjointe aient jamais connues.

Dav Alfon estime que beaucoup de romans policiers et d’espionnage sont trop tourmentés et il a tissé une trame fantaisiste qui attend sans doute une suite qui sera très attendue. Les producteurs de Hatufim (la série israélienne qui a inspiré Homeland) ont acheté les droits de ce livre-là devraient l’adapter au cinéma.

Unité 8200 de Dov Alfon. Edition Liana Levi traduit de l’anglais par Françoise Bouillot – Sortie le 11 avril

Partager