Partager

Un article de Jean Klein pour Israël Valley. Cécile Caillou, Chargée de mission au ministère français des Affaires Etrangère et ex-Commissaire générale de la Saison France-Israël 2018 a publié un tweet en fin de semaine dernière pour en dresser un bilan positif. Pendant 6 mois, cet événement a rassemblé 2000 intervenants (artistes, jeunes, institutions …) lors de 700 rendez-vous dans 60 villes. Si l’inauguration de la saison, au grand Palais a été impressionnante avec la mise en avant des accords technologiques entre la France et Israël, avec notamment le satellite commun, les autres événements n’en ont  été pas moins riches. Spectacles théâtraux et musicaux des deux pays ont été proposés des deux côtés de la Méditerranée, mais les jeunes n’ont pas été oubliés avec des manifestations de Street Art qui a impliqué les enfants des écoles dont Neo Muralis, évènement français d’art urbain. Trois artistes du collectif Prettimess de Tel Aviv ont été accueillis à Toulouse et cinq artistes français du groupe Mister Freeze se sont rendus à Tel Aviv.

Si la saison est achevée, toutes les parties prenantes souhaitent que les relations entamées se maintiennent, car le dialogue entre les sociétés civiles est fondamental pour renforcer les liens entre les deux pays.

Nota : Depuis 1985, les « Saisons » ont fait dialoguer la France avec plus de 60 pays. Centrées à l’origine exclusivement sur les arts et la culture, elles s’ouvrent depuis plusieurs années à l’innovation, la recherche, l’enseignement supérieur, l’éducation, le sport, le tourisme, l’économie ou encore la gastronomie.  Exercices de coopération bilatérale uniques au monde, les Saisons sont décidées au plus haut niveau de l’État et reflètent les orientations stratégiques de la politique d’influence extérieure de la France.

Elles sont mises en œuvre par l’Institut français, opérateur du ministère de l’Europe et des Affaires étrangères et du ministère de la Culture et organisées conjointement par la France et le pays partenaire.

Voir la vidéo avec Cécile Caillou et Elinor Agam, attachée culturelle d’Israël en France.

 

Partager