Partager

Des milliers d’Israéliens prévoient de passer les fêtes de Pessah dans le Sinaï égyptien alors que le Bureau national de lutte contre le terrorisme avertit à nouveau le public de menaces terroristes. Moins chère qu’Eilat et plus authentique, la région très prisée des touristes pourrait être propice à des enlèvements et attaques terroristes et les autorités israéliennes appellent ses ressortissants à rester en Israël. (Communiqué publié en Israël)

Le Sinaï est une péninsule égyptienne d’environ 60 000 km2, à la forme triangulaire et située entre la mer Méditerranée (au nord) et la mer Rouge (au sud). Elle est géographiquement située en Asie du Sud-Ouest. Sa frontière terrestre longe le canal de Suez à l’ouest et la frontière entre l’Égypte et Israël et la bande de Gaza au nord-est. La limite orientale de la péninsule est marquée par une faille tectonique qui écarte, année après année, la mer Rouge. Des gisements de pétrole, de fer et de manganèse sont exploités dans le nord et dans le centre-sud. D’anciennes mines existent depuis des millénaires.

Cette région au climat désertique chaud est aujourd’hui habitée par plus de 400 000 Égyptiens, principalement au nord le long de la frontière israélienne et de la bande de Gaza. Les villes les plus connues sont : Charm el-Cheikh et Taba, qui sont des destinations touristiques importantes.

Le point le plus élevé, situé au sud de la péninsule, est le mont Sainte-Catherine culminant à 2 642 m1 et qui est aussi le sommet le plus haut d’Égypte. Le mont Sinaï, en arabe : جبل موسى ou Djebel Moussa (« Montagne de Moïse ») (2 285 m)1, voisin, est d’après la Bible le lieu où Moïse aurait reçu les Dix Commandements. Toutefois, les historiens et les archéologues rejettent généralement l’idée que le site marquerait l’emplacement du mont décrit dans la Bible. À proximité des deux sommets se trouve le monastère Sainte-Catherine, fondé au Ve siècle et la plus ancienne architecture byzantine préservée jusqu’à aujourd’hui.

Partager