Partager

Les dix plaies du système de santé publique israélien

  1. Seulement 10 minutes par patient

Actuellement, les rendez-vous chez le médecin de famille sont limités à 10 minutes par patient. Le médecin doit accomplir de multiples tâches dans ce court laps de temps. De plus, il doit remplir divers formulaires et délivrer des ordonnances. Dix minutes, ce n’est tout simplement pas suffisant pour qu’il puisse faire son travail correctement.

  1. Des envois inutiles aux urgences

En raison de la pression à laquelle font face les médecins, ils envoient souvent des patients inutilement aux urgences. Là-bas, le patient doit attendre généralement très longtemps dans une salle d’attente bondée, tout en étant exposé à de dangereuses infections bactériennes dues à l’environnement.

Selon un rapport du ministère de la Santé, le ratio de lits d’hôpitaux est de 1,78 pour mille, son plus bas niveau en trois décennies. Le manque de lits d’hôpital dans les salles d’urgence augmente la surpopulation dans les chambres d’hôpital et augmente le risque d’exposition à des infections virales et bactériennes dangereuses.

  1. Les médecins n’ont pas les compétences adéquates en matière de santé familiale

Une étude réalisée en 2018 par le ministère de la Santé a montré que 44 % des médecins des dispensaires de quartier manquent de formation dans le domaine de la santé familiale et n’avaient que des compétences générales en matière de santé.

Ces médecins n’ont pas effectué de stage de quatre ans en médecine familiale complète, y compris en médecine interne, en soins d’urgence et en pédiatrie.

  1. Une spécialisation insuffisante pour des secteurs spécifiques

Certains segments de la population, les personnes âgées, les nourrissons et les enfants, consultent le médecin plus souvent que d’autres. Idéalement, les médecins se spécialisent en médecine familiale pour des groupes d’âge spécifiques. Les médecins qui n’ont pas la formation appropriée ne devraient pas être engagés en gériatrie ou en pédiatrie.

  1. Un traitement fondé principalement sur des considérations économiques

Souvent, un médecin recommande un traitement spécifique qui nécessite l’approbation d’un médecin-chef. Parfois, le traitement n’est pas approuvé en raison de son coût élevé et le patient est dirigé vers un traitement moins coûteux, mais moins efficace.

Un patient qui se trouve dans une telle situation devrait demander un deuxième avis.

  1. De longues attentes pour des tests de diagnostic urgents

En raison d’un manque de main-d’œuvre ou d’équipement, les patients attendent souvent des semaines, voire des mois pour obtenir un rendez-vous important.

Par exemple, attendre trop longtemps pour une IRM ou une tomodensitométrie (CT) peut entraîner la découverte d’un problème trop tard pour que le traitement soit efficace, ou réduire ses chances de succès, mettant en danger la vie des patients.

  1. Les médecins souffrent d’épuisement professionnel

En raison de la pénurie de ces dernières années, les médecins sont obligés d’accepter de plus en plus de patients. Ils sont soumis à un stress immense et cela a un effet néfaste sur leur santé physique et mentale.

  1. Absence de documentation médicale appropriée

La documentation médicale est cruciale pour le suivi médical et la surveillance de l’état du patient. Le patient ne sait pas si le médecin prend note de toutes les informations nécessaires pour faire la lumière sur son état à une date ultérieure, ce qui peut entraîner des erreurs professionnelles.

  1. Des formulaires de consentement incompréhensibles

Lorsqu’on leur demande de signer un formulaire, de nombreux patients supposent qu’il s’agit simplement d’une procédure bureaucratique et font rarement l’effort de lire ce qu’ils signent. Mais ils pourraient ignorer certains risques inhérents à une procédure qu’ils connaissent peu. Les patients doivent comprendre exactement ce qu’ils signent.

  1. Le Chat en ligne avec des médecins

Certains organismes de santé permettent aux clients de discuter avec un médecin en ligne sans avoir à quitter la maison et à faire la queue. Bien que cela puisse être très pratique pour de nombreuses personnes, cela comporte certains risques. Sans jamais avoir vu le patient, il est difficile pour un médecin de vraiment diagnostiquer son problème et de lui prodiguer les soins appropriés.

Des soins médicaux de qualité ne peuvent être dispensés qu’en présence physique d’un expert médical compétent dans le domaine spécifique lié à la plainte du patient.

Source : Ynet

http://www1.alliancefr.com/actualites/les-dix-plaies-du-systeme-de-sante-publique-israelien-6076431

Partager