Partager

La synagogue de la Ghriba représente l’un des principaux marqueurs identitaires des Juifs de Tunisie composée de près de 400 âmes à Tunis et 800 à Djerba, mais l’attractivité de son pèlerinage dépasse maintenant la communauté juive. Cette année, ce sont 5 000 personnes qui sont attendues cette année à l’occasion de la fête juive de Lag Ba’omer.

La Tunisie s’ouvre sur le tourisme religieux et nombre d’Israéliens figurent parmi les visiteurs, entre tourisme et foi, ce qui est facilité par le ministre du Tourisme et de l’artisanat, René Trabelsi qui était le directeur général du tour-opérateur tunisien Royal First Travel.

Le pèlerinage est devenu très moderne. Grâce aux capacités hôtelières, il y a un potentiel de 20 000 pèlerins en Tunisie. Cet événement jadis « local », fait désormais l’objet d’un tourisme de la mémoire dont la portée a dépassé les seules frontières tunisiennes.

Parallèlement, la perspective d’un Musée du patrimoine juif tunisien annoncé en 2016 fait son chemin et devait renforcer l’héritage juif tunisien dans l’inconscient collectif national. L’établissement situé à Tunis recevra des reliques et objets de culte issus de la diaspora et des fidèles. Il dépendra des ministères du Tourisme et de la culture de Tunisie…

Signe d’une évolution des mœurs djerbiennes : le pèlerinage de La Ghriba a été l’occasion d’inaugurer un établissement talmudique pour les filles, dont le programme sera calqué sur celui d’Israël avec des professeurs tunisiens. Cet établissement, financé par des fonds privés provenant de la communauté juive de Djerba, de la diaspora et de l’ONG américaine American Jewish Joint Distribution Committee, sera doté de salles de classe modernes et d’un espace informatique qui devrait inscrire l’éducation talmudique à l’heure 4.0.

Les pratiques régulières de Djerba sont-elles en passe de sécularisation avec l’afflux d’une communauté juive de plus en plus nombreuse, lors du pèlerinage annuel qui draine une foule de curieux, mais aussi les devises de pèlerins en quête d’identité ?

Source : Magazine de l’Afrique & Israël Valley

 

Partager