Partager

Un article de Jean Klein pour Israël Valley. Dans les années 70 et 80, le Japon était à la pointe de l’innovation et abritait certaines des entreprises les plus innovantes du monde dans le domaine de la consommation domestique et de l’électronique, comme Sony, Toshiba, JVC, Panasonic, Sharp, Seiko et d’autres.

Mais c’est alors que commença le déclin de la haute technologie innovante japonaise et en 2009, les rivaux sud-coréens Samsung et LG avaient pris la tête du classement et la capitalisation boursière combinée des fabricants japonais de produits électroniques ayant diminué de plus de moitié entre 2000 et 2011. A l’opposé, une étude récente de l’Organisation japonaise du commerce extérieur (JETRO) a révélé qu’environ deux tiers des sociétés japonaises implantées en Israël améliorent leur bénéfice d’exploitation en raison de la croissance économique croissante d’Israël, et environ 80 % d’entre elles ont l’intention de développer leurs activités en Israël.

Pourtant, certaines entreprises japonaises sont réticentes à s’engager dans l’innovation ouverte avec la technologie israélienne – malgré des visites plus nombreuses ici. Le Japon n’a représenté que 2 % des investissements étrangers en Israël au cours des cinq dernières années, et il se classe au bas du classement des dix plus grandes économies pour le nombre de partenariats avec Israël.

Cette situation est due à une réticence des dirigeants japonais à vouloir travailler avec des pays étrangers, mais les deux pays sont maintenant suffisamment mûrs sur le plan commercial pour surmonter les idées fausses qui existaient auparavant sur le plan culturel. Israël et le Japon se complètent également par leurs forces et leurs faiblesses : là où la mentalité israélienne encourage l’idée créative, l’expertise du Japon est de mettre des produits sur le marché. Dans le domaine de la R&D, les points forts d’Israël sont la recherche et ceux du Japon le développement, où les entreprises japonaises se sont montrées capables d’intégrer même de petites solutions modulaires dans leurs opérations.

Source : Forbes & Israël Valley

 

Partager