Partager

Des personnalités telles que Josef Trumpeldor, Eliezer Ben-Yehuda, Natan Sharansky, Hayim Nahman Bialik, Chaim Weizmann, Moshe Sharett et Levi Eshkol ont été parmi les pionniers les plus connus qui ont façonné le sionisme moderne et l’État d’Israël. Qu’ont en commun tous ces soldats, linguistes, poètes, scientifiques et politiciens ? Ils représentent tous la communauté que l’on appelle aujourd’hui « les Juifs russophones ».

Peu de personnes sont conscientes des contributions vitales et transformatrices que les Juifs russophones ont apportées au sionisme moderne et à l’établissement de l’Etat juif. Pour beaucoup, le lien entre les Juifs russes et l’État d’Israël n’a commencé qu’à partir des années 1990, lorsque près d’un million de Juifs ont émigré de Russie en Israël. Aujourd’hui, le Genesis Philanthropy Group (GPG), une fondation mondiale qui s’efforce de développer et de renforcer le sentiment d’identité juive chez les Juifs russophones du monde entier, s’efforce de corriger le bilan de cette idée fausse commune.

Un nouveau site web, « Seventy Russian-Speaking Jews Who Shaped Israel » (Soixante-dix Juifs de langue russe qui ont façonné Israël), a été lancé par The Jerusalem Post avec le soutien du GPG. Le but du site est d’informer le plus de gens possible sur les contributions des juifs russophones à travers l’histoire. Le projet met en lumière les contributions monumentales de 70 Juifs russophones qui ont contribué à la création de l’Israël moderne, notamment des artistes, des intellectuels, des dirigeants politiques et militaires, ainsi que de nombreux acteurs dont l’héritage et l’influence peuvent encore se faire sentir dans le monde entier.

« Le Genesis Philanthropy Group a été créé il y a plus de 10 ans, avec pour mission de renforcer l’identité juive des Juifs russophones dans le monde entier « , déclare Ilia Salita, président et CEO de GPG. « Les Juifs russophones ont beaucoup apporté au monde et ont contribué à façonner le cours de l’histoire du monde pour le meilleur ».

Mais, sans un sentiment de fierté partagée, il est difficile pour les générations futures de se rattacher à leur patrimoine. Nous nous efforçons – à travers ce projet et l’ensemble de notre travail – de favoriser une prise de conscience intellectuelle et une connexion émotionnelle avec ce qui a été accompli par ceux qui nous ont précédés, et d’inspirer la prochaine génération de leaders ».

Les 70 Juifs russophones qui participent au projet représentent un échantillon représentatif de la société, avec une grande variété d’expériences dans des domaines tels que le gouvernement, la défense et la sécurité, le sionisme, la science et la recherche, les affaires et l’industrie, les arts et la culture, la médecine, la technologie, le sport, l’activisme social etc. Chaque liste est accompagnée d’une photo et d’une brève biographie soulignant la contribution du sujet au sionisme et à l’État d’Israël. Leurs histoires sont inspirantes, historiques et – dans bien des cas – légendaires.

Pour n’en citer que quelques-uns : le premier chef d’état-major des FDI, Yaakov Dori, né en Ukraine en 1899 ; le professeur Simon Litsyn, co-inventeur de l’omniprésente clé USB, né à Kharkiv (aujourd’hui en Ukraine) en 1957 ; et Avraham Even-Shoshan, auteur du célèbre dictionnaire Even-Shoshan Hebrew, né à Minsk en 1906. Les contributions vitales des Juifs nés en Russie sont fièrement représentées dans tous les domaines d’activité du mouvement sioniste et de l’État d’Israël.

http://www1.alliancefr.com/actualites/juifs-russophones-faconne-israel-startup-nation-culture-aliya-sionisme-6075622

 

Partager