Partager
Jérusalem dispose actuellement de liens étroits avec « six pays arabes et musulmans importants encore récemment hostiles à Israël », a déclaré mardi Benyamin Netanyahu au mont Herzl lors de la cérémonie commémorative annuelle de Levi Eshkol, Premier ministre israélien pendant la guerre des Six jours.

Il a qualifié ce processus de « normalisation accélérée », dont une grande partie se déroulait à l’abri des regards.

Au cours des dernières années, M. Netanyahu a évoqué des relations qui se développent avec les États arabes et musulmans sans fournir de détails.
Selon M. Netanyahu, les liens en développement constituent un « message important pour la vision de la paix ».
M. Netanyahu a par ailleurs affirmé que Eshkol était confronté à une grande épreuve en tant que dirigeant de cette période extrêmement tendue qui avait précédé la guerre en juin 1967, lorsque les voisins d’Israël menaçaient l’existence du pays.
« Eshkol n’était pas désireux d’une guerre inutile, aucun dirigeant responsable d’Israël n’est désireux d’une guerre inutile », a-t-il assuré.
« Il comprenait le prix de cette guerre, mais lorsqu’elle nous a été imposée, il était clair qu’il fallait repousser énergiquement l’agression dirigée contre nous, » a expliqué le Premier ministre.
« La guerre des Six jours constitue l’un des fondements solides du mur de fer que nous avons érigé face à la supériorité arabe, tout comme Jabotinsky l’avait envisagé, », a-t-il ajouté.
« Ce n’est que lorsque nos voisins seront convaincus que notre force et notre présence ici sont des faits incontestables que certains d’entre eux seront convaincus de faire la paix avec nous », a estimé M Netanyahu.

« Et nous avançons dans ce processus de reconnaissance avec la plupart de nos voisins, » a-t-il conclu.

Source I24News

Partager